Ma rue

fetes-de-fin-dannee-2008-011.1231105535.JPG

Quand je sors de chez moi, je regarde à gauche et je vois les collines de Cavehill. Sur la photo, la nature paraît loin, mais en réalité, et surtout par beau temps, elle est très proche.

En descendant un peu ma rue, le voyageur découvre un mural protestant.

 mural-roden-st-1.1231105788.JPG

Je dis protestant pour aller vite. Je reviendrai sur les murals, ces fresques partisanes qui recouvrent des murs aveugles des maisons de quartiers populaires. Ce mural fut commandité par un groupe armé, pour commémorer des combattants.

mural-roden-st-2.1231105864.JPG

Sous l’étoile, le sigle UFF : Ulster Freedom Fighters, groupe paramilitaire très présent dans mon quartier, si j’en crois les nombreux graphitis et autres messages qui ponctuent mes promenades.

Autour, un petit parc pour enfants, entouré de grilles, et un petit parc mémorial pour adultes, où personne ne se repose jamais.

 fetes-de-fin-dannee-2008-015.1231105695.JPG

En remontant ma rue vers Donegal road, c’est-à-dire en tournant à droite en sortant de chez moi,

 fetes-de-fin-dannee-2008-016.1231105620.JPG

le voyageur verra des trottoirs et des poteaux peints en bleu, blanc et rouge, couleurs du drapeau britannique. Dans les quartiers protestants, on marque ainsi son attachement au Royaume-uni, par opposition aux quartiers catholiques qui envoient des messages pour l’indépendance irlandaise.

mural-apolitique-roden-1.1231105950.JPG

En haut de la rue, à l’angle de Donegal road, le Conseil de la ville a commandité des oeuvres d’un artiste apolitique : des couchers de soleil, des ciels mordorés, qui contraste avec le ciel de Belfast et les couleurs des trottoirs.

Conflit des couleurs et brouillage des messages.

C’est une des problématiques de Belfast : comment faire évoluer l’art des fresques vers quelque chose de moins violent, de plus culturel ? Et en même temps, faut-il exploiter ces murals en en faisant des attractions touristiques ? Au fond, les murals donnent-ils une bonne ou une mauvaise image de la ville ?

3 commentaires sur “Ma rue

  1. des artistes apolitiques, ça existent..ah bon c’est pas contradictoire avec un autre billet sur art et politique ?! j’avoue que personnellement, j’aime bien ce qui se rapproche du protestantisme (une partie de ma famille en est issue, ca m’interpelle toujours un peu..)ce qui est interessant ici, c’est de voir l’intrusion, le coctail détonnant(c’est presque le cas de le dire d’un certain art populaire, de l’historique et du politqiue et du plus banal quotidien). En ce sens ca donne une plutot bonne image de la ville, de mon point de vue…

    J'aime

  2. Le mot « apolitique » n’est pas de moi, et il sert à distinguer les fresques « partisanes », souvent commanditées par des groupes politiques, et les autres, commandités par la ville, et qui sont là pour faire contre-poids, pour noyer les autres, peut-être, ou pour donner une plus grande diversité pour regard.
    Donc, oui, Dominique, ma rue est bien charmante : qui peut se flatter d’avoir dans sa rue deux fresques, à chaque bout ? Une militariste, ancrée dans l’histoire récente de la ville, et l’autre abstraite, colorée et peaceful.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s