Tullyquilly (4) Du verger et de la tombe

Je devais aider Daniel à planter des arbres fruitiers. Il en avait acheté dix, et nous pensions les planter dans la région du parc qui me fait penser à un jardin chinois en déserrance et que j’avais qualifiée de jachère. L’expérience s’est soldée par une impression d’absurdité, un sentiment d’inutilité, un usage outrancier du parasitisme, un mal de dos et des jambes courbaturées.

Avant l’arrivée de femmes et enfants, il fallait chauffer la chaumière et commencer le noble verger qui allait permettre à la famille et aux amis de Daniel de circuler en mangeant des pommes et des poires, dans quinze ou vingt ans. Je travaillais sur mon ordinateur pendant qu’il creusait la terre. Lorsque je le rejoignis, je vis trois trous dans la terre qui étaient inutilisables d’après Daniel. Trop rocailleux.

Je me mis alors en devoir de venir à bout de ces pierres et d’appronfondir la recherche. Fidèle à moi-même, je mettais en doute ce que pensait et disait mon prochain, prouvais par l’action que je faisais tout mieux que tout le monde, et m’obstinais à attaquer à la pelle ce qui n’était rien d’autre qu’un rocher souterrain.

Lorsqu’il fut tout à fait indéniable que mon entreprise était vouée à l’échec, j’en changeai l’ordonnancement et les objectifs. Puisqu’on ne peut pas creuser, mettons au jour cette grosse pierre afin d’agrémenter le « verger » en cours d’une belle rocaille. La mousse et des fleurs mettront tout cela en mouvement.

Après plusieurs heures de travail, je dus me résoudre à reconnaître que je faisais n’importe quoi. Qu’il n’y aurait jamais plus de jardin de rocaille que de beurre en branche, car le rocher était trop enfoncé dans le sol pour être exploité. La nuit était sur le point de tomber quand je me fis la réflexion que ce trou, qui m’avait occupé toute la journée, ressemblait à une tombe. Je creusais ma propre tombe, moi qui étais parti dans l’idée de planter des arbres fruitiers. On ne fait pas plus ironique, comme dimanche brumeux : renversement malin du symbole de la vie à venir en symbole de la mort.

Daniel vit cela, se ficha un peu de ma gueule et m’autorisa à abandonner, non sans recombler le trou de la terre et des pierres que j’avais exhumées avec patience toute la journée. Pendant ce temps-là, les arbres furent plantés sans moi. Cela ne nous empêcha pas de manger la nourriture que d’autres que moi avaient préparée, et de profiter d’une belle soirée où mes hôtes jouèrent du piano pendant que je lisais Peter Fleming. Tout ceci fait de moi, je ne crains pas de le dire, un specimen assez achevé et presque parfait du parasite voyageur. 

6 commentaires sur “Tullyquilly (4) Du verger et de la tombe

  1. Dans un pays de l’Est, avant la chute du rideau de fer.

    Un touriste est assis dans un jardin public. Il observe deux employés municipaux. Le premier creuse des trous dans diverses parties du jardin. Le deuxième rebouche les trous au fur et à mesure.

    Au bout d’un moment, le touriste leur demande ce qu’il font.
    « D’habitude, disent-ils, nous sommes trois. Quand le trou est creusé, notre collègue y place un arbre avant qu’on ne le referme. Mais ce collègue est en vacances, ces jours-ci. »

    J'aime

  2. Ce qui est bien dans cette video c’est je trouve surtout ton commentaire oral de la situation, c’est presque un documentaire ;quand je l’ai entendu ca m’a fait un effet etrange : j’avais un autre souvenir de ta tonalite de voix, tu mues peut etre ?…le temps ne fait rien a l’affaire moi qui ai pris l’habitude de te lire je regrette de mne pas l’avoir fait avec mes videos ou l’on me voit ou entend surtout faire le con, pas serieux quoi…mais la j’avoue c’est pas mal . J’ai decouvert ta chaine youtube, et tees videos de Chine ont l’air interessante Tu n’as pas de videos du lycee de Jiang Ning, la banlieue de Nankin par hasard ? ca manque terriblement a moa collection de videos chinoises que je n’ai d’ailleurs pas fini de classer et cet endroit m’avait beaucoup marque.Je n’ai qu’une convocation , une liste d’eleve comme souvenir…

    J'aime

  3. De plus, ma page facebook, ma chaine youtube patine de plus en plus…il faut dire que j’ai toujours le meme ordinateur toshiba pourri sans accent de gregouar qu’il avait  »achete aux states » et que j’ai moi meme achete pour une bouche de pain en chine et j’ai decouvert ce soir que j’avaias encore en stock une bonne trentsaine -si ce n;est plus, nais le boulot, la vie tout ca m’en a un peu eloigne depuis un certain temps- de petites videos nankinoises a telecharger…ce que je vais fsaire le plus illico presto des que j’ai le temps…au passage une derniere question . Classerai tu l’auteur irlandais de Gulliver dont j’ai oublie le nom comme un ecrivain rate ? non il faut pas dire ca…Un dernier truc et je me couche car je suis vanne : n’oublie pas de filmer ton colloque, les interventions de tout le monde de la meme maniere, ca peut etre tres tres interessant.Hasta luego.

    J'aime

  4. Ah ah ah excusez moi de rire de votre mesaventure, mais tout cela me fait penser a l’une de mes interventions televisees ; j’ai beaucoup de points communs avec le sage precaire…vive les beautifuls loosers d’irlande et de tous les cimetieres d’Irlande et de Navarre:

    J'aime

  5. Je mue peut-être oui. C’est vrai que sur cette vidéo, je trouve ma voix très fatiguée. Il faisait froid et j’étais assez vidé. Sinon, non, c’est ma voix de toujours.
    L’auteur de Gulliver est Jonathan Swift, François, et non il n’est en rien un raté. Comme ne l’est pas son compère Laurence Sterne (je ne sais pas s’ils se sont connus). Je ne pensais pas aux anglo-irlandais de ce type, mais plutôt de cette tradition d’écrivains proprement irlandais, si l’on peut dire, venus de la classe populaire, paysans ou ouvriers, et qui, pour beaucoup, ont terminé dans l’alcoolisme. Mais je ne citerai pas de nom car on me dirait forcément qu’ils n’ont rien de raté, etc.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s