Racisme en Irlande du nord

Il y a quelques jours, à deux pas de ma maison, 115 Roumains ont été expulsés de leur maison par des bandes de… Des bandes de quoi ? Des bandes de pauvres gens, à n’en point douter. Des pauvres types qui ne supportent pas de voir des étrangers vivre dans leur quartier. Plus de vingt familles ont dû trouver un logement d’urgence, en état de choc. Il n’y a pas qu’eux qui sont en état de choc. L’immense majorité des gens est effaré et partage le sentiment de honte que les journaux expriment.

Les Britanniques découvrent avec horreur qu’il y a autant de racisme chez eux qu’ailleurs. Loin des raffineries d’Angleterre où les ouvriers protestaient récemment contre l’emploi d’étrangers, aux cris de « British Jobs for British People » ; loin de la poussée électorale d’un parti ouvertement xénophobe lors des européennes, l’Irlande du nord digère difficilement ses étrangers. Avant les Roumains, c’étaient 40 Polonais qui durent quitter leur logement dans des conditions similaires. Puis des Hongrois furent la cible de réactions de rejet. J’espère que ces méthodes brutales ne viendront pas s’appliquer chez moi, où vivent un Pakistanais, un Slovaque, un Français et un pauvre Irlandais… Ma maison combine tout ce que les beaufs britanniques détestent : la France, l’islam et l’Europe de l’est.

Dans le Belfast Telegraph daté du 19 juin 2009, ce n’est pas madame Tout le monde qui commente l’événement, c’est Anna Lo, élue municipale de la ville de Belfast, née en Chine, arrivée en Irlande du nord dans les années 1970. (Y avait-il un programme d’échange entre la Chine maoïste de l’époque et Belfast en plein troubles ? Bref.) Elle est membre d’un parti « transcommunautaire », et elle rappelle des faits alarmants. Que ce n’est que depuis 2004 et l’élargissement de l’Europe que l’Irlande du nord connaît le multi-culturalisme. En quelques années, 50 000 immigrés ont débarqué d’Europe de l’est. Dans un pays où les haines sont habituellement dirigées contre des gens qui ont exactement le même mode de vie que soi, la même langue, la même culture, c’est raide et un peu violent, il faut admettre.

Anna Lo rappelle surtout que tous ces étrangers, qu’on a délogés manu militari, n’occupaient pas de logements sociaux mais payaient un loyer dans le secteur privé. « They boost the local economy by paying for rent, food and service. » (Ils renforcent l’économie locale en payant les loyers, l’alimentation et les services). Quand il voit le nombre de maisons vides et décrépies dans le centre de Belfast, le voyageur se dit qu’en effet les actes racistes sont ici – si jamais – contre productifs.

4 commentaires sur “Racisme en Irlande du nord

  1. Anna Lo…c’est un personnage, une personnalite et/ou une figure politique contemporaine qui doit drolement vous interesser, voire vous interpeller de facons prodigieuses etant donne les similitudes de son parcours bio-geographique avec le votre qui etes alle en Chine et vivait comme un simple roumain dans cet espace irlandais tourmente. Pourtant elle est peu connue en France net c’est bien dommage…

    J'aime

  2. « Ma maison combine tout ce que les beaufs britanniques détestent : la France, l’islam et l’Europe de l’est. »
    Tu l’as dit. Fais attention à toi.

    J'aime

  3. Ce n’est pas pour me la péter, mais je ne vis pas tout à fait comme un « simple Roumain », non. Je vis comme un Roumain sage et lettré à qui on offre une bourse pour qu’il lise et écrive, nuance. Je vis comme Cioran, ce n’est pas compliqué ; ceci dit sans vouloir me la péter.
    Oui, je tâcherai de faire attention à moi, si tant que je sache que faire pour cela.

    J'aime

  4. Vous avez en effet de nombreux points communs avec ce cher Roumain dont j’ai devore l’oeuvre complete au petit dejeuner entre mes dix huit et vingt ans (moi aussi je peux me la peter !). Le probleme c’est que depuis Houellebecq on ne lit plus ce saint homme, cet immense styliste et ce fabuleux philosophe de la memem maniere.L’auteur des  »Particules elementaires » lui a un peupiquer la vedette. On ne peut plus le lire de la meme maniere qu’il y’a quinze-seize ans (je vais peut etre me refaire de seances de petit dej mais je ne sui spas sur de tenir le coup). Je n’ai rien contre Houellebecq mais lui me deprime vraiment alors que Cioran (que l’on classe comme un ecrivain du desespoir) me donne toujours plein d’espoir, de l’energie, de la vitalite. C’est un vrai optimiste.Un optimiste inconscient mais un vrai optimiste. Et un grand voyageur par dessus le marche et ca on l’oublie souvent. Sans compter son amour de la musique qui lui a parait il sauve la vie.

    J'aime

Répondre à Guillaume Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s