Allocations familiales : arrêtez les bébés

Il est temps de mettre un frein à la natalité galopante que connaît le genre humain. Nous sommes déjà trop nombreux sur terre, arrêtons de procréer. Le sage précaire donne l’exemple. Il n’exige pas d’être suivi à la lettre, mais au moins, sa retenue sur le plan de l’engendrement lui donne une certaine crédibilité.

Les allocations familiales, quel scandale. Je viens d’apprendre que dans notre pays surpeuplé, le gouvernement donnait de l’argent aux familles pour aider la natalité. Pire encore, plus une femme a d’enfants, plus elle reçoit d’argent. Alors qu’il faudrait faire exactement l’inverse : taxer les gens qui tiennent à tout prix à être parents, et récompenser ceux qui ne laissent pas de trace.

Connaissez vous le meilleur moyen de s’assurer que ses enfants ne seront pas pauvres et malheureux ? Leur donner un espace de vie moins peuplé, où ils pourront respirer. Savez vous quel est le seul moyen d’éviter le chômage et la précarité à vos enfants ? Ne pas en faire.

8 commentaires sur “Allocations familiales : arrêtez les bébés

  1. http://www.vanityfair.fr/dolce-vita/la-chronique-du-concierge-masque/articles/comment-saluer-chronique-concierge/1635

    A la fin de ta vie tu feras des constats amers sur tes propos précaires –
    un génie m’a soufflé à l’oreille cette réponse que voici :

     »Sage Précaire ! Moi qui ne suis pas né, je suis bien d’accord avec vous ! » — Jean Néant. » _______mais chuuuut ne le dis à personne – le temps de naître et pour toi de renaître.

    J'aime

      1. Mes propos ne sont pas amers, ils sont plein d’espoir. Ils glorifient ceux qui ne procréent pas. Le discours social ambiant continue de les culpabiliser, alors que nous sommes trop nombreux sur terre. Ce sont eux, les infertiles, qui méritent de prendre du plaisir sur terre.

        J'aime

  2. Qui a écrit que la France est un pays surpeuplé ? Le sage précaire qui a vécu en Chine sait qu’on peut vivre bien en étant tassés, ça demande un peu de vertu. Je connais des Chinoises qui se sentent mal dans un jardin tranquille d’où on ne voit personne (en Bretagne, l’été, au bord de la mer). Et le Général qui parlait des neuf cent mille bébés nés en 1963 et de l’avenir d’une France de cent millions d’habitants avait raison. Et aussi le principe des moralistes de la Chine ancienne: « Le bon gouvernement fait vivre dans la prospérité un peuple nombreux ». Le signe certain de la décadence d’un peuple, c’est qu’il ne fait plus d’enfants (les Français de 1935, les Italiens et les Allemands aujourd’hui). Et le temps de la grande prospérité en France (ceux qui sont nés juste après 1968 n’en ont pas idée), c’était le temps des familles nombreuses. On vivait « moins bien » (logés à l’étroit, sans week-end à Marrakech, sans smartphone), et sans souci de l’avenir (j’ai logé dans un foyer du jeune travailleur où la règle était qu’il fallait travailler ou étudier; à celui qui arrivait sans travail on en trouvait dans la semaine). Le problème est la multiplication des besoins, pas la multiplication des hommes.

    A part ça, je ne vais pas chanter la multiplication des petits musulmans; les imams africains installés en France ont arrêté, le temps de s’apercevoir qu’en France les petits enfants ne meurent pas. L’avenir est aux peuples qui sauront équilibrer l’affaire (comme la France aujourd’hui): des familles suffisamment nombreuses (l’enfant unique est une malédiction pour lui et pour les autres), et beaucoup d’adultes qui s’occupent d’autre chose que de fonder une famille (comme le Sage précaire cité au début).

    J'aime

    1. C’est moi qui dis que la France est surpeuplée. La France n’a pas besoin de 65 millions de personnes pour dégager son chiffre d’affaire actuel. Avec 35 millions d’habitants, cela suffirait amplement.
      De même que la Chine ne peut pas nourrir tous ses habitants, de même, nous produisons des dizaines de millions d’êtres humains condamnés à quémander un emploi, un stage, un travail bénévole, pour faire valoir une expérience une ligne sur un CV. Le sage précaire travaille beaucoup, mais il se sait fondamentalement inutile.
      Et je ne parle même pas des dégâts sur l’environnement et le monde animal que cause cette surpopulation.

      J'aime

  3. Le seul soucis qui se pose lorsqu’il s’agit de limiter voir de diminuer la natalité c’est la fameuse question des retraites. Malheureusement un pays a besoin de jeunes travailleurs pour payer la retraites des vieux :/.

    J'aime

    1. Mais les « jeunes travailleurs », où les voyez-vous ? La jeunesse est au chômage quand elle ne reste pas à l’école. Les retraites sont payées par une classe moyenne qui crie de plus en plus fort qu’elle étouffe, à devoir financer les vieux, les enfants et les inactifs.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s