La Pluralité des mondes

Les Presses de l’Université Paris-Sorbonne ont finalement publié mon livre. C’était en septembre 2017. La joie que cela m’a procuré était profonde, avait commencé avant que je puisse même toucher l’objet, et n’est pas tout à fait éteinte aujourd’hui.

J’avais travaillé à ce livre depuis 2008, presque dix ans.

Le hasard veut que L’Usage du monde de Nicolas Bouvier tombe cette année au programme de l’agrégation de lettres modernes. Or, les lecteurs fidèles de ce blog savent ou devinent qu’il y a un chapitre entier sur Bouvier dans mon livre. (Ce blog a même fonctionné comme un atelier préparatoire à ce chapitre, à bien des égards.)

En vertu de ce hasard, La Pluralité des mondes est surtout lu par des agrégatifs et des profs de fac qui préparent l’agrég dans les universités de France. Le sage précaire déteste les concours, quelle ironie de l’histoire.

Espérons que cela ne soit que le début de l’aventure.

7 commentaires sur “La Pluralité des mondes

  1. Merci Cochonfucius,
    C’est un titre qui manque de modestie, un clin d’oeil aux entretiens du même noms de Fontenelle, mais la sagesse précaire n’a jamais eu la modestie comme idéal. Au contraire, en réalité. La sagesse précaire est si précaire que ses moments de gloire durent peu, du coup elle n’hésite pas à bomber le torse.

    J'aime

    1. Cher Guillaume, je viens de voyager un peu sur ton blog où je te retrouve avec plaisir entre lecture et oasis… Contente que ta thèse soit publiée ! Je vais commander l’ouvrage avec joie ! Car je m’interroge… Vraiment, une pluralité de mondes ? L’Éternel dsétait pourtant donné la peine de créer une sphère pour rassembler les morceaux en une seule planète.
      Bonne année à toi, à vous. Et ne nous oublie pas…

      J'aime

      1. Merci Cécilia, ton commentaire m’a fait très plaisir. Si je réponds peu, c’est que j’ai un accès faible à l’administration de mon blog. Pour une raison que j’ignore ce site est plus ou moins bloqué, par intermittence, dans mon pays.
        Je suis d’accord avec toi, d’un point de vue religieux et scientifique, le monde est un. Du point de vue du voyage et de son écriture, je fais partie de ceux qui n’aiment pas les lamentations sur l’homogénéisation des peuples et des paysages.

        J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s