Préférer ce livre aux guides touristiques

Mon Birkat al Mouz peut se lire comme on veut du moment qu’on reste au sultanat d’Oman. Récit scientifique, guide touristique, histoire d’amour, roman d’initiation, c’est un peu tout cela si l’on veut. Quoi qu’il en soit, c’est le seul livre d’écrivain français sur le sujet.

Jusqu’à présent, il n’y avait aucun livre littéraire en français sur ce pays. Toutes les publications disponibles sur l’Oman appartenaient au champs des sciences sociales : vous trouverez donc aisément des livres de sciences politiques, d’histoire, d’anthropologie, et des articles par centaines en biologie, en géologie et en archéologie.

N’oublions pas les guides touristiques, qui sont nombreux et qui ne sont pas à rejeter bêtement. Les guides et les manuels ont leurs qualités propres et leur intérêt, loin de moi l’idée de les snober. Ils sont même nécessaires quand on prépare un voyage de quelques semaines dans la péninsule arabique. Néanmoins, je dois préciser qu’ils sont tous traduits de l’anglais. À cette date, été 2022, aucun éditeur français n’a lancé ses propres journalistes sur les lieux, et les informations datent toutes de quelques années. À vous de voir.

Grâce à des voyageurs qui sont venus chez moi, dans l’oasis de Birkat al Mouz, j’ai pu feuilleter notamment le guide publié par Gallimard : c’est luxueux mais truffé d’erreurs et d’approximations. Il y a même des photos qui illustrent l’Oman avec des personnes habillées de vêtements appartenants aux pays voisins.

Si vous préparez un voyage en Oman courant 2022, faites plutôt confiance à mon livre.

Les seuls livres « littéraires » consacrés à ce beau pays étaient écrits en arabe et en anglais. Le plus célèbre étant bien sûr Le Désert des déserts de Wilfred Thesiger, (Arabians Sands, 1959).

En français, il ne faut pas occulter le très beau Ormuz de Jean Rolin (2013), ni les superbes récits d’Antonin Potoski, Cités en abîmes (2011) et Nager sur la frontière (2013). Malheureusement, aucun de ces livres n’est consacré entièrement à l’Oman.

Qu’on aime mon livre ou qu’on le déteste, on ne trouvera nulle part ailleurs une peinture aussi précise ni aussi colorée ni aussi foisonnante ni aussi intéressante ni aussi sentimentale du Sultanat d’Oman.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s