Les 20 ans de Tienanmen et le blocage des blogs

Nous sommes en plein anniversaire des grandes manifestations de la place Tienanmen. Elles ont eu lieu entre le 15 avril et le 4 juin 1989, il y a exactement 20 ans.


Ce dont nous nous souvenons, nous qui étions assez vieux pour voir la télévision, ce sont les chars que Pékin a envoyés sur les étudiants. Aujourd’hui les étudiants ne sont au courant que de quelques détails et le régime de Pékin a réussi à faire oublier Tienanmen, ou du moins à dégonfler tellement son contenu que les jeunes de 25 ans connaissent à peine  l’existence de troubles dans les années 80. Ils ne parlent pas de manifestations, et ignorent tout du massacre ; dans leurs livres d’histoire, seuls quelques mots rappellent qu’il y a eu des désordres et que Deng Xiaoping a su remettre de l’ordre dans le pays.
Comme je l’écrivais lorsque j’enseignais en Chine, il fallait du temps pour qu’un titre de journal comme « Les enfants de Tienanmen » soit compris. Le mot de Tienanmen ne leur faisait pas penser aux massacres de 1989. L’article du Monde faisait le portrait de Hu Jia et sa femme, aujourd’hui en prison et sous résidence surveillée. Les étudiants de Shanghai acceptaient sans problème que nous parlions de ces choses, mais ça ne résonnait pas très fort dans leur conscience, je dois l’avouer.


C’est peut-être une question de terminologie. Le pouvoir des mots est essentiel et beaucoup dépend de ceux avec lesquels nous racontons l’histoire. Pour « Tienanmen 1989 », faut-il parler de « massacres », de « manifestations », d’ « événements », de « viols » ? Là encore, je parlais de ces questions de vocabulaire en 2006, lorsque j’habitais et enseignais en Chine. Je précise cela car je tiens à rappeler que je jouissais d’une liberté de parole totale, dans mes classes et sur mes blogs. J’étais peut-être surveillé, mes paroles étaient peut-être rapportées aux réunions des étudiants du Parti, on me l’a fait comprendre plusieurs fois, mais je n’ai jamais eu besoin de faire de l’autocensure. Ou plutôt : j’ai toujours lutté contre la tentation de l’autocensure qui est présente partout chez ceux qui travaillent en Chine.
 Après un premier blog qui cherchait à décrire une image douce de la Chine, j’ai monté un deuxième blog qui était beaucoup plus politisé et qui essayait d’aborder frontalement les questions qui fâchent, mais sans chercher à insulter. « Méditer 89 », par exemple, était un billet qui avait pour but de remettre les événements de Tienanmen au coeur d’une réflexion sur l’histoire en général. Je cite de nombreux billets que j’ai mis en ligne pour montrer qu’on peut parler de ces choses avec les Chinois, mais qu’il faut constamment réfléchir sur la manière d’aborder ces sujets. Cela n’empêche pas que mon blog a été bloqué plusieurs fois. Pas le mien seul, mais tous ceux qui appartenaient à over-blog.com. C’est pourquoi j’en ai monté un autre sur lemonde.fr.

Or aujourd’hui, ce sont les blogs de blogspot qui sont bloqués, et ce, probablement, jusqu’à la fin des commémorations des « événements » de Tienanmen. Cela touche Neige et son Pays de Neige, qui ne peut plus être approvisionné. Même chose pour le blog d’Olivier David qui, lui, a monté un nouveau blog sur lemonde.fr.

Pour la Chine, il nous reste les toujours incontournables blogs de Cai Chongguo, Ebolavir et Silouane.

14 commentaires sur “Les 20 ans de Tienanmen et le blocage des blogs

  1. Si je vis, aime, écris, et enseigne en Chine, et aussi grand que soit l’empire, cela n’en fait pas mon monde. La Chine n’est donc pas pour moi un sujet, c’est un épiphénomène circonstanciel… Pas d’auto-censure par rapport à Tian An Men, juste pas de matériel sur le sujet. Est-ce que l’on parle tous les mois de juillet de la rafle du Vel d’Hiv ou en octobre du massacre des Algériens indépendentistes de 61? La censure frappant blogspot est aberrante et ne signe pas la force d’une politique mais la faiblesse d’un régime et personne ici n’est dupe… 64 articles au congélo n’est pas une bonne nouvelle – a priori… Merci à toi pour le lien vers le nouveau site.

    J'aime

  2. Tu as raison, il n’y a pas nécessairement lieu de parler des sujets qui fâchent, à tout bout de champs. Moi je le faisais quand je sentais le moment opportun. Un article de journal français est un bon prétexte, car souvent les journalistes reviennent sur ce type d’événements de manière implicite, et faire travailler les étudiants sur le sens implicite d’un article revient à faire le point sur ce que les occidentaux perçoivent du monde chinois.
    C’est ainsi que je présentais les choses en définitive : vous êtes destinés à travailler avec des étrangers, donc en tant qu’étranger je peux vous aider à mieux les comprendre. Or qu’ont-ils en tête à propos de Tienanmen et du Tibet, ce sont des choses à aborder, ne serait-ce que pour des raisons pédagogiques.
    L’équivalent ne serait pas de parler de la rafle du Vel d’hiv, puisque les Français ne l’ignorent pas, mais, par exemple, d’expliquer aux étudiants français comment les Anglo-saxons perçoivent les Français, pour ne pas tomber de haut quand ils entendront des énormités, ou même quand ils entendront des choses réelles.

    J'aime

  3. Oulala, voila que je deviens incontournable. Merci mais ça me fait peur, vais-je m’ensabler dans les rets de la routine de l’incontournable moi qui ai toujours voulu contourner pour voir les dessous de la culture acceptée et énoncée par la grosse machine à nous enfourner les censées vérités?

    J'aime

  4. « Or aujourd’hui, ce sont les blogs de blogspot qui sont bloqués, et ce, probablement, jusqu’à la fin des commémorations des “événements” de Tienanmen.  »
    L’an dernier pour la censure d’overblog et la restriction sur les visas, on pensait que tout allait s’arranger après les JO mais rien ne s’en passé, ça s’est même durci. Le pouvoir a le plus facile derrière lui et il va lutter avec toutes ses armes.
    Par ailleurs, après juin, on a en octobre un autre anniversaire qui compte, les 60 ans de la RPC.

    J'aime

  5. C’est vrai que c’est l’ennui avec les anniversaires; ils reviennent régulièrement.
    En revanche, après 2010, nous assisterons à de nombreux centenaires intéressants qui vont beaucoup interroger la conscience historique et culturelle des Chinois : chute de l’empire, naissance de la république, mouvements littéraires modernistes. On va s’amuser.

    J'aime

  6. Il y a quelque chose de bizarre dans la tête d’un jeune Chinois responsable et informé, comme l’étudiant en français membre du Parti avec qui je travaille un peu la langue chinoise. Il sait, il a lu en anglais ce qui ne parait pas en chinois. Trop jeune, il n’a pas vraiment conscience de ce que c’est d’avoir dans son dossier personnel une appréciation sur l’attitude pendant les évènements. Il considère que la répression a fait partie des nécessités de la marche du pays à l’époque, du moins d’après ce que je peux deviner parce qu’il n’en parle pas spontanément. Est-ce qu’on parle en France de l’abandon des harkis en 1962 ? (pas tout à fait comparable, mais voila un autre exemple de massacre « nécessaire » décidé par les dirigeants d’un pays civilisé pour qu’un but politique soit atteint, et aujourd’hui plus personne ou presque ne le reproche à la France).

    A part ça, l’ineptie de la censure d’Internet règne toujours. Ceux qui en ont les moyens (moi par exemple) se paient leur petit tunnel sous la Grande Muraille. J’en offrirais bien un à Neige si je savais comment l’atteindre. Mais est-ce possible ? Il est impensable que le moyen que j’utilise soit invisible des autorités, c’est donc qu’il est autorisé, au moins aux étrangers.

    J'aime

  7. Je vous donnerai l’adresse de Neige, Ebolavir, je suis sûr qu’elle sera d’accord, surtout si vous lui offrez de jouir d’une meilleure connexion internet.
    En ce qui la concerne, d’ailleurs, il y aura peut-être un autre moyen de venir en aide à notre blogueuse chinoise préférée. Elle est invitée à un colloque que nous organisons dans l’université où je travaille, et, si aucune institution ne peut payer son déplacement en Europe pour l’occasion, je lancerai une souscription sur internet pour lui permettre de venir faire sa conférence.
    Je lui ai promis qu’elle viendrait à ce colloque, et qu’elle aurait l’occasion de visiter un peu l’Europe. Ce qu’elle fait depuis des années pour la francophonie sur internet mérite bien qu’on lui donne un petit coup de main, surtout quand on considère tous ceux qui ne font pas grand chose et qui voyagent aux frais de la princesse (ceci reste entre nous).

    J'aime

  8. Bah, moi aussi j’ai voyagé aux frais de la princesse, et la princesse était mon employeur, et mon employeur était une entreprise de service public. Donc j’ai fait parfois du tourisme aux frais des usagers de ce service public, et je suis un de ces usagers.
    En expiation, je suis d’accord pour que moi contribuable paie le voyage de Neige. Et si je ne peux pas le faire comme contribuable, contactez moi.

    J'aime

  9. Mais comment se fait-il alors que tant de Chinois viennent en Europe (en Belgique notamment), y suivent des études, épousent des Européens, avec lesquels ils retournent autant de fois qu’ils le veulent et sans problème aucun en Chine? Et sans être des apparatchiks pour autant ? Il me semble pourtant qu’on a dépassé l’époque de « Balzac et la petite tailleuse chinoise » et même celle de « De la Chine » de Macchiochi, etc. etc. Et que l’économie capitaliste est largement à leur porte si pas dans la place. Dans ce cas, que signifie encore une façade communiste ou socialiste ? Ni plus ni moins que nos régimes qui ne massacrent peut-être plus, mais rendent la classe moyenne exsangue.

    J'aime

  10. Je note, Ebolavir, que vous soutiendriez le projet, et je vous en remercie. Rassurez-vous, nous passerons au préalable par les instances officielles de financement.
    Pivoine Blanche, je crois qu’il ne faut plus parler de communisme avec la Chine, mais de « parti au pouvoir », avec un appareil idéologique marxiste aussi pétrifié que possible, et dont le seul objectif est de conserver le pouvoir.

    J'aime

  11. A propos de Neige, j’ai voulu lui écrire un commentaire sur un article de petites chaussures, mais il m’a fallu donner dix adresses e-mail d’amis, ce que j’ai refusé et contourné. Le commentaire n’a donc jamais été publié… et sans doute n’a -t-il jamais été lu par Neige non plus, dommage…

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s