« Le dernier mort de Mitterrand », chronique décadente de Raphaëlle Bacqué

J’ai acheté ce livre (Grasset, 2010) à la gare de Saint-Malo, pour le lire dans le train qui me ramenait du festival « Etonnants voyageurs » à Paris.   Fatigué des grands espaces, je me suis délecté de cette chronique ciselée sur le règne finissant de la cour mitterrandienne. Repu des éloges de la diversité et du métissage, je me suis redonné de l’appétit avec ce portrait fascinant d’un Français de souche, François de Grossouvre, superbe et foireux, qui s’est suicidé dans le Palais de l’Elysée en 1994.

L’amitié et l’amour

 C’est l’histoire d’un homme de droite, un « national » richissime, qui tombe sous le charme de Mitterrand lorsque ce dernier est au plus bas de sa carrière, en 1962, et qui lui vouera une sorte de culte invraisemblable. Industriel lyonnais, chasseur et fin cavalier, il financera le candidat du parti socialiste, ses voyages, ses vacances, ses repas, sa double vie familiale, en échange de quoi, le désargenté Mitterrand l’autorisera à continuer de lui donner toujours davantage.   Mitterrand, c’est sa force, trouve naturel que ses amis le servent, et, bizarrement, personne ne remet en cause l’appellation d’amitié, pour désigner ces relations essentiellement inégalitaires. Il me semble que l’on peut difficilement rester ami avec quelqu’un qui se croit supérieur, ou inférieur à soi. Grossouvre, au contraire, est heureux de s’humilier tant qu’il garde l’illusion qu’il y a entre les deux hommes cette chose indéfinissable. L’amitié, qui devrait être une construction réciproque et libre, devient une mystique chez ceux qui sont trop seuls pour se rendre compte qu’ils n’ont pas d’amis. Ni Mitterrand ni Grossouvre n’ont d’amis, en réalité, et Grossouvre se transforme parfois en chauffeur lorsque Mitterrand emballe une jeune femme. Car c’est évidemment autant de Grossouvre que du président qu’il est question dans ce livre de Raphaëlle Bacqué. Et autant de la séduction cruelle du pouvoir que du destin romanesque d’un homme de l’ombre. En quatrième de couverture, il est écrit que c’est un livre sur la capacité du pouvoir à broyer les hommes. A la lecture, on dirait plutôt qu’il s’agit du pouvoir en tant qu’il s’incarne dans un homme, et comment ce dernier attire, séduit, et demande toujours plus de sacrifices à ceux qui tournent autour de lui. Et Raphaëlle Bacqué montre bien comment l’amitié supposée est en réalité une forme d’amour passion. Cela commence par un coup de foudre lors de leur première rencontre, et cela continue avec un mélange de jalousie et d’exultation. Bacqué n’écrit pas le mot d’homosexualité, parce qu’elle est encore trop française, mais un biographe anglo-saxon en tartinerait des pages. Il n’est pas question de sexualité, mais d’une forme d’amour, certainement, de dépendance affective, et cela ne peut pas vraiment se confondre avec l’amitié, qui est une forme de sentiment plus sec, moins larmoyant, plus indépendant et encore une fois (le mot est insatisfaisant mais je n’en trouve pas de meilleur), plus libre.  Quand Mitterrand devient vraiment lui-même, c’est-à-dire au sommet du pouvoir, il jouit pleinement des relations humaines qui lui sont naturelles depuis le début : loin d’être d’hypothétiques « amis », ceux qu’il fréquente sont ses courtisans et les choses entrent dans l’ordre. Avec le temps, Grossouvre se sent délaissé par Mitterrand et se laisse gagner par l’amertume. Le dépit amoureux se mélange au désespoir de vieillir et, toujours seul, il ne lui restera que la médisance, la calomnie et la décrépitude.

L’épopée d’un perdant surnuméraire

Quand Mitterrand est élu président de la république en 1981, Grossouvre obtient un bureau à l’Elysée au titre de « chargé de mission », et personne ne sait au juste de quoi il s’occupe. Comme il est « l’ami du président », personne ne lui refuse quoi que ce soit, mais personne ne le prend non plus tout à fait au sérieux. Avec ses airs de conspirateur et ses vêtements excentriques, il détonne parmi les jeunes socialistes énarques, chevelus, barbus et rigides.  Les jeunes sont sur-éduqués, idéalistes, coincés du cul, alors que Grossouvre, passé soixante ans, est un homme à femmes sportif, élégant, qui n’a pas plus de culture lettrée que de valeur politique. Il reçoit dans son bureau des hommes louches, des anciens fascistes. Il soigne ses relations avec Omar Bongo et avec la plupart des dictatures du sud, car rien ne lui plaît tant que l’aventure, les secrets, les atmosphères sombres, où l’on ne peut jamais distinguer le mal du bien. Il représente le pôle obscur du mitterrandisme.  Il rêvait d’être le chef des services secrets, mais il ne sera le chef de rien du tout, à part des chasses présidentielles où n’allait jamais le président. Et à force de réclamer des privilèges, dus à son statut d’ « ami », il finira par se mettre tout le monde à dos et à se rendre insupportable. Sa disgrâce est inéluctable puisqu’il ne sert presque à rien et qu’il exige beaucoup.  

Ce livre est une leçon à méditer pour tous ceux qui ne servent à rien. 

14 commentaires sur “« Le dernier mort de Mitterrand », chronique décadente de Raphaëlle Bacqué

  1. Je me souviens qu’à l’époque où j’étais à l’ambassade de Colombie, Mitterand avait fait une visite en amenant Attali, qui était son ombre à l’époque. Le grand jeu de Mitterand, racontaient ses gardes du corps, était d’humilier son conseiller en incitant ses chiens à lui faire la fête pour laisser plein de poils sur son costume.

    C’est le genre de petite cruauté qui transforme le chien en chien fidèle.

    J'aime

  2. Oui c’est pour ce que j’aimais bien l’article du sage precaire. Il ne parlait pas de la polemique mais seulement du livre, en lecteur, pas en journaliste. Il l’a lu en passager de la sncf, pas en analyste politique. C’est presque un compliment pour R. Bacque, quelque part.

    J'aime

  3. Merci Anonyme, oui, j’ai oublié de dire que Raphaelle Bacqué avait écrit la chose de manière très plaisante, et qu’on aurait aimé qu’un Saint-Simon fasse la chronique de cette cour. On pense beaucoup à Saint-Simon, à la lecture, est-ce grâce à l’auteure, ou du fait du sujet, Mitterrand en Louis XIV républicain?
    Merci Nenette pour cette référence. C’est vrai que je n’étais pas au courant de la polémique. J’ai acheté le livre sur une pulsion, à la gare de St Malo. Je ne me souvenais même pas de cet événement. Normal, en 1994, j’étais encore dans une sorte de bulle estudiantine, et peut-êre même amoureux d’une femme qui m’hébergeait mais qui n’avait pas la télé.
    (Mes copains se foutaient de moi pour avoir voté socialiste lors du marasme des législatives de 1993 (les mecs de droite, comme Ben, ricanaient sombrement, et les mecs de gauche comme Alex avaient fui vers je ne sais quel extrêmisme bien pensant). Pour moi, avec le recul, je me trouve classe d’avoir voté pour eux alors qu’on ne pouvait plus leur faire confiance.)
    En 1994, c’était difficile de s’intéresser à la politique, non ?

    J'aime

  4. « les mecs de droite, comme Ben, ricanaient sombrement »…ah bon ?! mais je croyais qu’il vidait des pintes de calimucho avec des potes ska punks comme y disait non ? c’est quoi ce délire !! y faisait peut etre les deux pourquoi pas…
    moi remarque j’avais pas l’age de voter a l’époque et c’est vrai que c’était pas rigolo la politique a ce moment entre ballamou, Mitterand sur la fin et le petit Nicolas qui commençait a percer…en même temps je me sens encore trop jeune pour jouer les anciens combattants…donc je me tais.

    J'aime

  5. Merci monsieur de nous prévenir de cela.
    On se demande en effet, au vu de ces billets, pour quelles raisons Raphaelle Bacqué à publié ce livre. Je n’ai lu aucune interview d’elle, j’avoue, et j’aimerais savoir comment elle se défend.

    J'aime

  6. On peut voir et entendre un entretien de R. Bacqué sur France Inter à l’époque de la sortie du livre. Ici.
    http://www.livredepoche.com/livre-de-poche-3157880-raphaelle-bacque-le-dernier-mort-de-mitterrand.html
    Incidemment, sur cette page du site des « Livres de Poche », on trouve ce billet de blog cité en entier. Ce qui me touche à ce propos, c’est que les gens de ce site ont donné comme titre de mon billet la dernière phrase du billet : « Ce livre est une leçon à méditer pour tous ceux qui ne servent à rien. » Je souscris aux choix des gens du « Livre de Poche ».

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s