Irlande 2011 : Coup de tonnerre électoral

Tout le monde s’en fout, alors je force un peu le trait.

Les élections générales ont donné un résultat historique. Le parti le plus grand du pays, le « Fianna Fail », a chuté à un niveau si bas qu’il n’avait jamais connu un tel score depuis le début de la république. Un diagramme de l’Irish Times montre bien la débâcle. Depuis les années 20, le Fianna Fail fluctue entre 45 et 55% des parts de vote. Soudain, en 2011, il réunit moins de 20% des suffrages.

C’est l’autre grand parti irlandais, le « Fine Gael », qui remporte l’élection, comme prévu. Mais tous les commentateurs souhaitent bien du plaisir au prochain gouvernement pour arranger les affaires du pays. Les Irlandais sont assommés par l’état de déréliction des finances, et par l’immensité de la dette.

Les aéroports, dit-on, bruissent des sanglots de mères qui laissent partir leurs rejetons, fraîchement diplômés, chercher un emploi en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Canada. Cette nouvelle émigration est ressentie douloureusement par les familles irlandaises. Elle rappelle de mauvais souvenirs, et surtout, elle remplit de honte la génération des parents, ceux qui avaient trente ans au début du Tigre Celtique. Un sentiment de culpabilité d’avoir laissé à leurs enfants un pays qui n’a pas seulement connu une crise économique, mais qui a perdu son âme, comme le dit le poète Theo Dorgan : « Where we should have been building a nation, we surrendered our better selves to the pitiless business of getting and spending. » (The Irish Times, 9 décembre 2010) Et nous voilà sur des ruines, continue le poète, devant une nouvelle génération qui arrive, et nous n’avons rien à lui offrir, et nous la laissons partir loin de notre île, en silence.

La tribune de ce poète, prenant une page entière du grand journal irlandais, est un document que je garde précieusement. Il s’adresse aux étudiants de l’université de Cork, et il y a quelque chose de spécifiquement irlandais dans ce discours. Quelque chose qu’on n’imaginerait pas en France. Il leur parle d’émigration sur un ton poignant et digne, et avec une familiarité de la chose, qui laisse pantois. Beaucoup d’articles de presse évoquent ces nouveaux départs, ce choix collectif de s’en aller chercher fortune ailleurs, comme une fatalité irlandaise.

Alors les Irlandais, pour ne pas supporter le poids de la honte et de la colère tout seuls, ont voulu faire payer le parti au pouvoir pendant toutes ces années. Le « Fianna Fail », qui avait bénéficié de l’embellie économique, est aujourd’hui rendu responsable, avec les banques, de la situation du pays. Les électeurs savent bien que le nouveau gouvernement n’a pas une grande marge de manoeuvre, ils n’attendent aucun miracle. Mais il fallait marquer le coup.

Le peuple a rejeté sans ambiguité le vieux parti qui avait incarné la république irlandaise. C’est une élection historique parce qu’elle signe la fin de la première partie de la république. Il semble qu’on entre dans un deuxième mouvement. Pas seulement un changement de gouvernement, mais peut-être une refonte du jeu politique.

6 commentaires sur “Irlande 2011 : Coup de tonnerre électoral

  1. Politiquement, c’est quoi, la différence entre le « Fianna fail » et le « Fine gael »? moi, je croyais qu’il n’y avait que le « Sinn Fein » comme parti politique en Irlande.

    J'aime

  2. Politiquement, pas de grande difference, economiquement il n’y en a aucune. Au niveau de la societe, on ne sait pas trop. D’apres mes amis Tom et Fenton, Fianna Fail est compose de gangsters qui n’ont pas peur de la corruption et du clientelisme, ils savent louvoyer et plaire aux masses. Fianna Gael serait plus « middle class », claironnant une sorte d’honetete un peu britannique. D’apres Tom, la difference est une question de caractere, de personnalite. Les gens du Fianna Fail mentent peut-etre mais on peut boire une pinte avec eux. Ceux du Fianna Gael sont si ennuyeux et pales qu’on ne veut pas les voir.

    J'aime

  3. Et quelle est la place qu’occupe l’extrême droite dans cette « nouvelle » Irlande. Y-a-t-il aujourd’hui un embryon de parti extrêmiste en Irlande ou toujours pas ?
    Existe-il des études ou des données sur la question ? Si oui, quelles sont-elles ?

    J'aime

  4. Pas encore d’extrême droite en Irlande, Loïc, pour plusieurs raisons.
    – L’immigration est trop récente. Elle n’a même pas vingt ans d’âge.
    – Le racisme, palpable dans la population, ne s’est pas encore transformé en discours politique.
    – Pour l’éclosion d’une extrême droite (FN, Jorg Haider ou Pym Fortuyn), il faut des leaders qui aient quand même une sorte de talent oratoire, et qui incarnent quelque chose à quoi une partie du peuple peut s’identifier (Le Pen et son engagement militaire, Fortuyn et son côté libéral/homosexuel anti-islamiste, etc.), or, rien de tel ni en Irlande ni au Royaume-Uni.
    – Le populisme irlandais s’incarne dans un parti de gauche, reconnu comme vraiment nationaliste, le « Sinn Fein ». Et ces élections est un succès pour eux.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s