La manie furieuse

 

J’espère ne pas divulguer de secret professionnel en montrant ce vieux registre matricule. Une amie, que je nommerai Cécilia (mais c’est peut-être un pseudonyme) m’a emmené dans son bureau du Musée des Beaux-Arts d’une ville française que je ne nommerai pas… pour protéger mon amie que je ne nommerai pas non plus (zut c’est déjà fait. Oui, mais c’est peut-être un pseudonyme, elle s’appelle peut-être en réalité… Cyrillia, ou… Célia…)   

Elle travaille en ce moment sur une exposition à venir sur les rapports entre l’art et la santé. C’est dans son bureau que j’ai vu ce registre d’une maison de santé du 19ème siècle. C’était dans la région lyonnaise, à Champagneux exactement, en 1824. Les gens y sont diagnostiqués d’une manière cocasse. Il y a la « manie furieuse » de Jean Delapassoire (ce n’est pas le vrai nom, n’est-ce pas, je transforme les patronymes, comme dans les journaux), interné le 2 mars. Mais il y a surtout le Comte de Clermont Eclair (même chose) qui, à 33 ans, le 13 avril, fut interné pour « manie joyeuse ». Je me suis un peu reconnu chez ces deux maniaques ; il me semble que j’oscille entre ces deux manies, la joyeuse et la furieuse, sans savoir laquelle est la plus influente sur mes esprits animaux.

On peut y lire aussi d’autres maladies : « démence », « aliénation », « monomanie », « manie avec fureur », « manie religieuse », « imbécilité » (sic), « idiotisme », « manie gaie », « manie intermittente », « manie périodique ». Et le miracle dans tout cela, c’est qu’il est écrit dans la colonne de droite : « Sorti guéri le… » C’est donc que la médecine de l’époque marchait du tonnerre. Ou alors il est écrit, dans la même colonne : « Décédé le … »

2 commentaires sur “La manie furieuse

  1. En regardant au chapitre sante, j »ai rigole quand tu te trouves moins beau que dans ta jeunesse, parce que il vaut mieux que tu ne te regardes pas trop, et ecoutes ce que d »autres, ou leur regrds, peuvent t »en dire : mire toi dans les yeux des autres, je pense que tu t »y verras plus justement ; et pour l »exemple, dans les miens, ben je dirais que ca va bien ! Sur ce, repose toi bien !

    J’aime

  2. Dans les yeux des autres, on voit tellement de choses contradictoires, aussi. Une amoureuse, un jour, m’a confondu avec un type qui venait d’entrer dans le pub, où je n’étais pas encore arrivé. Le type en question était ce qui se fait de pire en terme d’homme. Mon amoureuse s’en voulut énormément de m’avoir confondu avec lui, mais enfin, c’était la vérité du « regard de l’autre ». Elle a récidivé avec constance en me demandant de garder la barbe, par exemple. Tout ce qui pouvait dissimuler mon visage, au fond, me rendait « plus doux » à ses yeux.
    Merci en tout cas d’avoir ressuscité ce billet sur la manie furieuse et la manie joyeuse, ça me fait plaisir de le revoir.

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s