Religions et nationalité parmi mes colocataires

J’ai un nouveau colocataire, indien ceui-là. Je savais que mon Pakistanais ne tenait pas dans son coeur les gens de cette nationalité, mais je ne pouvais pas attendre toujours.

Au total, la maison compte quatre nationalités, et, en termes religieux, à part moi qui suis athée, nous avons un chrétien, un musulman et un hindou. Comme c’est le ramadan, le musulman est un peu sur les dents. Hier, dans la cuisine, il avait l’air profondément dégoûté : « Le nouveau a craché dans l’évier. » L’Indien avait bu au robinet, en effet, et avait certainement recraché un peu d’eau. C’en était trop pour le Pakistanais. Il ne pouvait plus toucher ni l’évier, ni les tasses qui étaient autour, ni même l’éponge. Il lui fallait un tout nouvel attirail. Les choses avaient été souillées par le crachat de l’Indien. 

Quand j’étais en France, l’Indien m’a écrit pour relever des « problèmes d’hygiène » dans la maison. Je me suis dit qu’il allait me causer des emmerdes. A mon retour, j’ai marqué mon territoire pour qu’il sache qui était le patron : j’ai fait le ménage dans la cuisine. Faire le ménage, nettoyer, c’est en quelque sorte prendre possession de quelque chose. Il voulait instaurer je ne sais quel système de financement pour les produits collectifs de nettoyage, ce à quoi j’ai mis fin fermement, et calmement. Moi, les systèmes de financement, je ne leur fais confiance que si je ne m’occupe de rien. Dans mon système à moi, tout le monde achète à sa mesure, selon ses moyens, et contribue au jugé.

Le colocataire letton, lui, ne sort jamais de sa chambre. Il ne contribue en rien et paie ses loyers avec retard.

Et à neuf heures du soir, le Pakistanais fait une prière et vient déguster dans la cuisine les petits plats qu’il a préparés en fin d’après-midi. Des choses délicieuses qu’il partage avec moi. Je lui demande s’il n’a pas envie d’aller rompre le jeûne avec d’autres musulmans, quelque part dans la ville. Il ne dit pas non, mais je n’ai pas encore compris pourquoi il ne le faisait pas. 

6 commentaires sur “Religions et nationalité parmi mes colocataires

  1. Un loyer chez moi, ça varie entre cent et deux-cents euros par mois, en fonction de la chambre.
    Ma sagesse est moins oecuménique que parfaitement en retrait sur le point religieux. J’aime bien les religions, les rites et les rituels. J’admire les cultures qui leur sont attachée, mais c’est de l’extéreur que je les regarde.
    En revanche, je me verrais bien musulman. Comme je l’ai dit à mon Pakistanais, si je ne me convertis pas, c’est parce que je ne crois pas en Dieu, mais à ce détail près, je crois que je m’épanouirais dans cette foi.

    J'aime

  2. Pourquoi tu te verrais bien musulman ? c’est à cause des rites nombreux ou à cause des petits plats du Ramadan ? et aussi, le Letton, où en est son travail ? C’est triste qu’il reste ainsi cloîtré, tout seul…

    J'aime

  3. les Lettons, il faut les laisser en paix, moi je dis. Mais il faut les accueillir, s’ils veulent boire une vodka en bonne compagnie.

    Musulman, je ne boirais presque plus de biere sans probleme. A la place, il y aurait les delices du the, de la nourriture, de l’eau, de la meditation et des decors richement ornes.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s