Priscilla Telmon, ou le voyage humanitaire

Avec un livre d'Alexandra David-Neel

Cette vidéo est un bon exemple de ce qu’il ne faut plus faire dans le récit de voyage contemporain.

Il s’agit de la bande annonce du film de Priscilla Telmon au Tibet. Comme je ne sais pas comment faire pour introduire des vidéos dans les billets, je me borne à mettre en lien la vidéo ici.

A priori, tout est réuni pour que j’aime ce film. Une femme de mon âge, belle comme le jour, qui aime la solitude, le voyage, la montagne, la marche à pied, l’aventure et l’Asie. Elle est sans aucun doute sympathique et pleine de vie, bref elle a tout pour plaire. Pourtant, je suis mal à l’aise du début à la fin de cette bande annonce.

Dès les premières images, après une courte introduction sur l’itinéraire d’Alexandra David-Néel en 1923, on voit Priscilla Telmon de face parler à une femme autochtone, qui est peut-être chinoise, et qui est filmée de dos. La priorité de l’image, c’est Priscilla elle-même. Et que lui dit-elle, Priscilla, à cette femme indigène ? Elle lui dit : « Priscilla, je m’appelle Pri-Sci-lla. Priscilla! » La priorité du texte est aussi la voyageuse française.

C’est là une bonne manière, je suppose, de présenter l’héroïne au spectateur, en pleine action, en conversation avec une paysanne. Sauf que la paysanne a l’air d’être importunée par cette touriste envahissante. Surtout que la prononciation chinoise de Priscilla est relativement incompréhensible, car parfaitement incorrecte.

Avec un Tibétain

Ensuite on la voit marcher de sa belle silhouette, et moi cela me va. S’il n’y avait pas de voix off, pas d’action, pas d' »engagement » politique, pas de quête spirituelle, je me satisferais de regarder Priscilla Telmon marcher, dans des tenues différentes, à des rythmes divers, dans l’eau et sur les crêtes. Je pourrais la regarder pendant des heures, au Tibet ou à Paris (plutôt à Paris).

Malheureusement, on la voit prier. Et ça va de mal en pis.

Arrive le titre, Tibet interdit, avec ce qu’il charrie de clichés sur le Tibet et la Chine. La voix off dit que les peuples de l’Himalaya sont menacés, je cite, « par la marche du monde et l’avancée des armées chinoises ». C’est tout dire. On se demande qui, de l’armée chinoise ou de la marche du monde, est le plus destructeur des « mille peuples de l’Himalaya ».

Elle prétend parler du Dalai Lama avec un Tibétain. Un seul mot est prononcé : « Dalai Lama ». On veut nous faire croire qu’il y a eu rencontre, je crois. L’aventurière lui donne un papier bleu – peut-être une photo du Dalai Lama – qu’il s’empresse de mettre sous son manteau avant de déguerpir. Bien. Il est vrai que la liberté de parole n’est pas plus garantie en Chine qu’au Tibet, mais que cherche-t-elle à montrer, cette voyageuse aux pieds rapides, en faisant comme des millions d’étrangers qui se rendent au Tibet (car ce n’est nullement interdit d’y pénétrer), de leur parler du Dalai Lama et de leur en donner des images ?

Le film est cadré de manière à faire croire que la Française est seule parmi un peuple quasiment intouché, ce qui est une illusion car dans ces lieux grouillent de nombreux touristes, randonneurs, chercheurs et journalistes. Et les jeunes Tibétains n’aiment rien tant que faire sonner leur téléphone portable quand ils marchent dans les montagnes. Je le sais, j’ai dû supporter de la pop indienne à fond dans les montagnes sacrées du Sichuan tibétain, il y a quelques années.

Je ne sais ce qui est le plus embarrassant, dans ces quelques minutes de vidéo. Est-ce d’entendre Priscilla s’exclamer à voix haute : « Alexandra! Nous y sommes! » ? Est-ce d’entendre parler d’un itinéraire qui mêle aventure et « cheminement intérieur » ? Est-ce de la voir soigner un vieux ? Est-ce la voir faire des acrobaties comme dans un programme de télé-réalité ? Tout cela galvaude tellement l’idée du voyage.

Quand les « flics » empêchent l’équipe de télévision française de continuer la marche avec les Tibétains, Priscilla pleure devant la caméra en rageant : « Je les hais, putain, je les hais! » Ah oui, en effet, il ne fait pas de doute que notre aventurière ne mâche pas ses mots et qu’elle a le courage de ses opinions.

Il semble y avoir un grand affaiblissement du récit de voyage dans la génération des auteurs/réalisateurs qui sont nés dans les années 70. Ma génération. Les uns et les autres mettent en avant un objectif humanitaire qui sert de paravent à toutes les putasseries. Du moment qu’on a un combat, qu’on  défend une cause, on prend le rôle de « chevalier blanc » que j’avais critiqué à propos de BHL et on a tous les droits narratifs.

Au fond, ce que fait Telmon au Tibet rejoint tout un courant d’écrivains voyageurs contemporains qui sont guidés par une vision du monde simpliste. Ce que j’ai écrit à propos d’une journaliste française dans le Xinjiang peut être réédité ici. C’est la pauvreté esthétique, historique conceptuelle des voyageurs humanitaires.

31 commentaires sur “Priscilla Telmon, ou le voyage humanitaire

  1. En faisant quelques recherches je tombe sur votre blog, je rentre du festival d’étonnants voyageurs à St-Malo où j’ai justement rencontré Priscilla Telmon et vu son film, qui était sans doute le plus émouvant de ces trois jours de festival et le plus vrai. Comment pouvez-vous juger d’un film sur une bande-annonce ? Vous faites le procès de quelqu’un que vous ne connaissez pas… Etes vous capable sous vos grands propos de faire plus de 5000km à travers ces pays, d’en ramener un film. C’est un témoignage d’aventure sur son voyage, Alexandra David Neel et le Tibet d’aujourd’hui, forcèment que ce film est sur elle !!! . Je vous rappelle qu’elle était seule pour le tourner et qu’elle confiait la caméra aux pélerins et muletiers qu’elle rencontrait, un exercice bien difficile quand vous avez 40 km de traversées chaque jour, votre sac à porter, les conditions extrêmement difficile pour le voyageur solitaire au Tibet ! Je vous rappel que le Tibet à ce jour est fermé jusqu’à juillet aux étrangers. Que depuis les jeux olympiques en 2008, la répression n’a jamais était aussi importante… mais non, monsieur ce permet de critiquer, l’éternel problème de ce pays, se faire plaisir à travers des propos dégradants, c’est minable..Si vous aviez le quart du courage de cette fille et bien vous n’en seriez pas réduit à écrire de pauvres petits papiers sur votre blog médiocre. Je vous souhaite d’avoir une vie à la hauteur de cette jeune femme. puisque vous décortiquez dans les moindres détails la vie des autres et vous placez en vieux sage….le titre de votre blog est d’une grande modestie !!!!! je dirai que Votre sagesse est certes bien précaire, et permettez à nos âmes de conserver leur tranquillité en ne polluant plus le net de vos propos.

    J'aime

  2. Bien saganiste tout ça…Les scènes décrites m’ont semblé super télévisuelles, je préciserais même comme super « reporting », et ce genre d’invitation au dialogue par de simples (et peut-être efficaces) repères verbaux me répugne un petit peu.

    J'aime

  3. Maitre Picard, avec vos arguments, on ne pourrait jamais critiquer les gens qui ont une cause noble et qui ont du courage. On serait oblige de s’incliner devant BHL qui parade sur les ruines de Lybie, et interidre de denoncer l’imposture intellectuelle de ce philosophe des salons.
    Je n’ai pas vu le film de Priscilla Telmon et il est peut-etre dix fois mieux que la bande annonce, mais je suis d’accord avec Guillaume sur la bande-annonce, c’est plein de bons sentiments et d’images a la Koh Lanta, et c’est un produit mediatique qui enfonce des portes ouvertes.
    Mais si le film vous a emu, on a pas le droit de vous juger pour autant, c’est votre gout et vos opinions apres tout.

    J'aime

  4. Moi qui suis plutôt inculte, j’apprécie à leurs juste valeur ceux qui ont une culture intellectuelle et savent à travers leur blog transmettre leurs connaissances sans esbroufe.J’ai lu et relu Oasis interdite avec ravissement;j’étais Ella sur son petit cheval appéciant les haltes et je ressentais entre autre le difficile de faire un brin de toilette alors que P.F. n’était aucunement incommodé par sa mauvaise odeur .Pour moi ce qui frappe dans ce petit vidéo c’est cette belle jeune fille BCBG,chapeau thilly,chemisier blanc impeccable,jupe beige pâle, ses beaux long cheveux et son visage bien nettes.Autrement je crois que la terre entière a déjà été parcouru par la caméra .

    J'aime

  5. La fille est super-jolie, mais c’est vrai que rien que de la voir sur la photo faire un grand sourire à un type a qui elle n’a strictement rien à dire, avec son déguisement à la Indiana Jones, ça fait marrer, quand même.

    J'aime

  6. C’est vrai que la fille est super jolie (mais elle est pas sur facebook,ouin, ouin) , et son film à l’air bien -à l’air j’ai dit., j’ai pas vu.. quelle importance que ce soit un Indiana Jones à la française, si ça donne envie aux gens qui ne bougent jamais de partir, voyager, lire des romanns de voyage pour faire comme elle, moi, tout ce genre de projet ça m’amuse, ça me plait …c’est ce qui compte non ? suscitter du désir chez le lecteur, auditeur, spectateur etc non.?..(ou alors je suis completemnt idéaliste , oui et j’assume.). Pauvreté esthétique peut-être j’ai pas vu c’ets pas du spielberg ni du koh lanta avec du suspense à la sauce Tf1 mais ce n’est pas le but à mon avis ici. Autrement c’est vrai comme dit Nenette, c’est dommage de perdre déja une éventuelle copine (hé hé) qui a beaucoup d’affinités avec toi.Je préfére de loin tes billets hilarant de chroniqueur sportif désabusé dans les salles de boxes irlandaise.

    J'aime

  7. J’ai été surprise par le fait qu’on souligne d’emblée que cette jeune femme est jolie. Elle est jolie… mais…. Alors, l’argumentaire est imparable, oserais-je dire : hypermacho. Le fait qu’elle soit belle implique-t-il d’office qu’il faille la critiquer de cette manière ? il y a quelque chose qui me gêne beaucoup là dedans, comme une sorte de mécanisme inconscient. C’est vrai que je défends la cause freudienne…

    J'aime

  8. Priscilla Telmon met sur sa page Wiki qu’elle est membre de la societe des explorateurs. Ca me fait toujours un peu sourire, en ce debut du 21eme siecle..
    Normal qu’on s’attarde sur son brushing et son chapeau d’Indiana Jones. C’est un peu l’antithese de l’aventurier ethnologue amateur qui cherche a se fondre dans le paysage au point de passer inapercu pour mieux comprendre son environnement.
    Mais peut-etre que je prends un peu trop de distance avec mon sujet. Je ferais mieux de laisser aller mes emotions, comme Priscillia ou Francois. Ils ont su garder leur coeur d’enfant ces 2-la, ils ne reflechissent pas trop, revent de sourire ou pleurer devant la camera, et ca c’est cool.

    Pour ne pas dire que du mal de la tele, perso il y a une emission anglaise dont j’ai vu deux episodes recemment que j’ai trouve pas mal. Deux garcons qui passent qques mois au sein d’une tribu de Nouvelle-guinee. Apprentissage des us et coutumes locaux, questionnement des anciens du lieu pour savoir s’ils peuvent etre inities ou non, et surtout portrait de cette societe tribale et des thematiques de pouvoir/ sexe and co que l’on retrouve un peu partout..
    C’est drole, sans pretention, avec une pointe d’humour british, en un mot divertissant.

    Ah, et puis pour finir sur le Tibet « interdit », je vous mets en lien le blog d’une amie chinoise qui a fait Chengdu-Lhassa a velo recemment. Elle est partie avec d’autres cyclistes rencontres sur le net et qui avaient qques semaines de temps libre devant eux, un Easy rider moderne a la sauce chinoise qui a provoque pas mal d’interet et de curiosite sur le web chinois(+ de 100000 visites). Interessant de lire les commentaires (est-il approprie pour une jeune fille chinoise de se lancer dans ce genre d’aventure, mises en garde pudibondes et vision de l’interieur sur le Tibet, etc).:
    http://www.tianya.cn/techforum/content/833/1/3670.shtml

    J'aime

  9. Picard : je suis navré de vous déplaire avec ce billet, mais il faut dire que vous revenez du festival « Etonnants voyageurs », alors, entre Le Bris et Telmon, vous combinez des goûts qui, je le crains, ne nous permettront pas de nous entendre facilement. La critique que je fais de cette bande-annonce rejoins directement celle que je fais de Le Bris, ainsi que du manifeste de la « littérature voyageuse ».
    Picard, vous parlez de courage : « Si vous aviez le quart du courage de cette fille et bien vous n’en seriez pas réduit à écrire de pauvres petits papiers sur votre blog médiocre. » Mais ce n’est pas le courage qui me manque pour aller au Tibet, c’est l’argent.
    Enfin, vous faites un lien étrange entre difficulté physique et facilité de la critique. Sous prétexte que quelqu’un a fait quelque chose de difficile, il ne faudrait pas le critiquer. C’est un peu absurde, me semble-t-il. Si la chose produite est un film, il faut en parler comme d’un film, voilà tout. Or, si ce film, ou sa bande-annonce, car je ne parle que de la bande-annonce, est un tissu de clichés, il faut le dire, quitte à se faire insulter.

    J'aime

  10. Nénette, je comprends ton sentiment, lié au machisme des réactions, mais relis mon billet, et si tu y vois une seule chose machiste, je veux bien l’enlever.
    Je ne critique pas cette bande-annonce parce qu’elle montre une fille jolie. Je critique une production visuelle et idéologique qui regorge de narcissisme, de simplisme et de clichés.
    Par ailleurs, pourquoi ne parlerais-je pas de la beauté de Priscilla Telmon ? Ce serait incroyable de ma part, puisque cette beauté est mise en scène de la première à la dernière image de la bande-annonce. C’est même clairement un argument de vente, en l’occurrence.

    J'aime

  11. je regarde votre parcours sur les routes indiennes ,hymaleyenes sur Voyages…Je suis d’origine indienne, né et y ayant vécu pendant 8 ans….Bravo….Bon je suis devenu Bourguignon!

    J'aime

  12. D’accord avec l’auteur de ce blog, cette bande annonce de film est faite d’un mélange de naïveté et de clichés marketing les plus éculés. Je serai plus radical, c’est insupportable tellement on est mal à l’aise et gêné pour cette jeune femme.
    Il est sidérant de lire encore dans les commentaires des arguments tels que « Si vous aviez le quart du courage de cette fille et… » ce qui revient à dire « Regardez et taisez-vous ».
    Je suis très admiratif de son parcours, pas de l’objet vidéo qu’elle en fait.

    J'aime

  13. Je viens de tomber sur le blog, deux ans plus tard… mais mieux vaut tard que jamais. Je ne connaissais pas Priscilla Telmon et pourtant je suis une grande lectrice d´Alexandra David Néel depuis dess années. Je suis assez d´accord avec Gérard, je pense que l´on peut être admiratif du parcours de quelqu´un sans pour autant apprécier son travail. Etre critique n´a effectivement rien à voir avec le fait de reconnaître ou non les mérites d´une personne. Mais le problème c´est peut être la manière dont Guillaume critique. Qui peut dire quel est le bon exemple de ce qu’il ne faut plus faire dans le récit de voyage contemporain? je pense que chacun est libre de faire ce qui lui plait. Telmon n´est pas ethnologue, c´est une évidence. Elle n´a rien d´une chercheuse. Elle ne parle pas la langue des personnes qu´elle rencontre, elle se filme dans ses aventures, et elle est constamment dans l´émotif. J´ai pu l´entendre parler d´Alexandra David Néel en disant “Alexandra était.. Alexandra faisait“..à croire que c´est son amie intime…elle se prend peut être pour sa réincarnation. Toujours est-il que “Voyage d´une parisienne à Lhassa“, livre duquel elle s´inspire pour son voyage est loin d´être le seul ouvrage de David Néel… et ses écrits sont beaucoup plus profonds et complexes que la simple image d´aventurière qu´en donne Telmon. Si ADN vivait encore.. elle féliciterait sans doute Telmon pour ses prouesses aventurières… mais vraiment… il y a un abîme énorme entre ce que fait l´une et ce que faisait l´autre. ADN était orientaliste… son objectif premier n´était certainement pas d´aller galérer dans les montagnes, le froid et la boue, de se filmer dans les joies et les peines pour aller ensuite en faire un documentaire. Son objectif était de connaitre Lhassa.. et désolée mais de nos jours parler de Tibet interdit… je ne suis pas d´accord. La difficulté pour ADN faisait partie du défis, mais ce qu´elle cherchait par dessus tout, c´était à connaître le bouddhisme tibétain… Parce qu´elle oui, parlait tibétain, savait lire le sanskrit, bref…. tout le monde ne peut pas être chercheur. Alors c´est bien de marcher sur les pas de quelqu´un, pour lui rendre hommage soit disant, mais c´est encore mieux d´avoir sa propre vie, non? Moi je n´ai aucun problème avec Telmon, je la trouve très attachante et j´ai envie de voir son documentaire. Mais j´ai déjà la sensation que ça manque de problématique tout ça. C´est comme si je me filmait, moi qui vis au Mexique, dans un pueblo d´ici avec les indigènes…au milieu des narcos… et que je devenais reconnue pour ça. C´est n´importe quoi. Au final, ce qu´on retiendra d´ADN avec ce genre de docu, c´est que c´était une grande exploratrice.. mais toute son oeuvre sur le bouddhisme tombera dans l´oubli, et ça c´est grave. Si elle voulait vraiment lui rendre hommage… elle parlerait pas que de la personne d´ADL, se sa petite taille, de sa vie, etc etc… elle parlerait de son oeuvre, de ce qu´elle a fait… de ses recherches sur le Bouddhisme . Le seul point commun entre les deux à mon avis… c´est que pour l´une comme pour l´autre, l´argent pour financer les voyages ne semble pas être un problème. ADN avait reçu un héritage très important… et Telmon, qui sait…Finalement, c´est aussi un peu facile de se dire exploratrice, photographe et je ne sais quoi… quand on a les moyens de financer tous ses voyages sans travailler…Dans ces cas là tous le monde n´a cas faire pareil. C´est vraiment l´argent qui permet d´avoir ces titres… et pas les mérites. Et c´est ça mon problème. ADN doit être reconnue pour ce qu´elle a apporté de savoirs… si elle a voyagé c´est tant mieux pour elle… mais c´est pas ça qui a fait d´elle une personnalité importante. Par contre Telmon…. on peut pas en dire autant.

    J'aime

    1. @ NAD/ Il semblerait que vous avez zappé la plupart des conférences et des interviews de Priscilla. Telmon regrette de ne pas avoir « le savoir » d’ADN, mais lui voue une admiration sans bornes depuis l’enfance où à 14 ans elle avait lu tous ses ouvrages. priscilla est bouleversée par l’hégémonie chinoise au Tibet, elle ne manque jamais de le faire savoir, sa marche allait dans ce sens: montrer ce que les chinois ont fait du Tibet depuis la marche d’ADN. Le tibet depuis est pratiquement interdit aux étrangers, la crise s’est accentuée cruellement depuis le voyage de Priscilla.Personne n’interdit de rentrer dans les librairies et d’acheter les livres d’ADN si l’on veut connaitre l’histoire de cette remarquable aventurière. Priscilla met 1 an à préparer ses voyages en recherche de sponsors, puis écrit des livres avec ses propres photos, son parcourt est formidable, elle ne cesse de travailler: télé, articles dans les magasines, actuellement au Brésil , elle planche sur un sujet magnifique: le Sacré . je vous rappelle qu’ADN ne pouvait entreprendre ses voyages que par l’argent de son époux….. Alors, s’il vous plait, renseignez-vous avant de vous commettre sur la toile; merci

      J'aime

  14. Je suis tombée par hasard sur le site de Priscilla Telmon et de fil en aiguille j’ai atterri sur ce blog.
    Nad : je suis assez d’accord avec votre analyse — j’ai moi même lu pas mal d’ouvrages d’Alexandra David-Néel. Priscilla Telmon éprouve une fascination pour ADN, pour son parcours EXTRAORDINAIRE et HORS NORME …Peu de personnes connaissent ADN aujourd’hui, tout comme Krishnamacharya à part les initiés, les yogis… Priscilla Telmon aura suscité ma curiosité à travers son site et la B.O du documentaire que je verrais bien si l’occasion s’en présente, histoire d’avoir ma propre opinion. Il n’y a aucune comparaison à faire entre ADN et Telmon, le seul mérite de la dernière c’est de permettre à des gens du 21ème siècle de découvrir l’existence d’ADN et d’avoir envie de lire ses écrits.
    C’est drôle au sein de mon entreprise il y aune fille qui s’appelle Alexandra David … hier je lui ai parlé d’ADN pour la 1ère fois, elle n’en avait jamais entendu parlé.
    Namasté

    J'aime

  15. J’ai lu avec intérêt le débat autour de la BO de Priscilla Telmon.
    Je suis d’accord avec la plupart d’entre vous : la BO est assez commerciale, et je dirais même pas d’un très haut niveau en termes de production. Maintenant, j’imagine que c’est comme cela qu’elle attire du public et finance au moins en partie ses voyages.
    Je suis d’accord également avec le commentaire de Nad sur le fait qu’elle est essentiellement dans l’émotion, et pas du tout dans une démarche de recherche.

    Mais pourquoi pas ? Cette fille a manifestement une fêlure et c’est ce qui la rend attachante et fait qu’elle est différente. Elle ose, elle sort des sentiers battus. Comme beaucoup l’ont note, elle est très jolie, elle a même fait un peu de mannequinat d’après l’article Wikipedia la concernant et je trouve tout à son honneur le fait d’avoir mené cette aventure seule. Combien de fois a-t-elle du répondre aux questions sur pourquoi elle n’était pas mariée, et pourquoi elle n’avait pas d’enfants ? Combien de fois a-t-elle du se la poser? Sans même parler du fait que voyager en solitaire demande plus de précautions pour une femme jeune que pour un homme, ne serait-ce que quand on essaie de se laver…

    Je trouve que c’est le plus grand mérite de Telmon, d’avoir osé quelque j’ose de non conventionnel, de montrer aux jeunes filles que vivre sa vie a plus de valeur que devenir mannequin. Qui sait si elle n’inspirera pas quelques fillettes rencontrées en chemin…

    PS: je trouve les commentaires sur le fait qu’elle soit ou non une héritière déplacés. Il est évident qu’elle est issue d’un milieu bourgeois voire noble mais n’était-ce pas le cas de presque tous les grands explorateurs ? ADN vivait grâce aux subsides de son mari (elle qui n’avait pas dédaigné un mariage confortable et ne s’est mise à voyager qu’assez âgée). Telmon semble travailler. Et voyager en Asie a pied ne coûte pas grand-chose….

    J'aime

  16. L’avez-vous rencontrée? Cette fille est remarquable et son voyage n’a pas été une partie de plaisir( physiquement une épreuve!). Elle souhaitait étudier et présenter le Tibet après l’invasion chinoise et ce qu’ils en ont fait. Son arrivée à Lhassa est marquée par la déception d’une quête, d’une découverte si loin de la littérature d’Alexandra D. N., un lieu de culte transformé en un lieu d’orgie chinoise aux néons multicolores. Lhassa qu’elle a quitté sans regret pour se réfugier quelques jours dans un temple avant de franchir le Sikim pour rejoindre l’Inde. ses voyages sont longuement préparés en recherche de sponsors. OUI, elle est belle et alors ? doit-on être un boudin pour être crédible ? regardez son film, elle vous montre comment elle se filme, posant sa caméra et revenant sur ses pas, confiant sa caméra à d’autres. Avant de critiquer, prenez votre sac à dos, marchez 5400 kms en 6 mois, nous en reparlerons. Les coupures du film exigées pour un 52 mn ne montrent pas les scènes de toilettage dans les ruisseaux glacés, elle précise la puanteur de ses vêtements, harassée par les pluies diluviennes en traversant le Vietnam… Désolée, mais ce film est remarquable.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s