CV France (4), Ramonage (suite)

Suite des aventures de mon père.

A cause du très mauvais climat social de l’époque, la démotivation des salariés, le poids des charges, la tendance était à la sous-traitance aussi bien dans l’industrie que dans le tertiaire. Je me mis donc à l’écoute de ces nouveaux besoins et mon entregent fit le reste!

Rapidement, je me positionnai sur le marché du nettoyage industriel et technique, ce qui impliquait une gestion d’entreprise totalement différente tant au niveau du personnel que du matériel et des finances.

Tout en conservant ma clientèle de particuliers qui me permettait d’avoir de la trésorerie (le ramonage se paie cash par le ramoné comme la baguette chez le boulanger), je décidai de changer de braquet et commençai à soumissionner pour des chantiers importants.

A l’époque, les banquiers étaient prêteurs et pour un peu que vous ayez un bilan comptable correct, un projet cohérent et une bonne tête, votre demande de prêt professionnel à faible taux d’intérêt était rapidement prise en compte et vous étiez convoqué quelques jours plus tard pour apposer votre signature précédée de la mention « lu et approuvé, bon pour accord » en trois exemplaires.

Je ne me souviens pas du montant, mais c’était la première fois de ma vie que je me trouvais « confronté » à une telle quantité d’argent!

Etant devenu raisonnable avec les ans, j’utilisai cet argent à bon escient et une année plus tard, l’entreprise comptait une dizaine d’employés, plusieurs véhicules et du matériel et des outils appropriés. Mon associé était responsable des chantiers et du personnel, et me laissait volontiers la gestion des « paperasses », comme il disait…

Manque d’ambition, peur des problèmes qui ne manquent pas de se poser lorsqu’une entreprise grossit ? En tout cas, j’arrêtai là le développement, d’autant plus que mon collaborateur n’était pas chaud du tout… Comme pour les particuliers, je fis en sorte de fidéliser la clientèle et de remplacer un client défaillant par un autre.

Ainsi ma petite entreprise ne craignait pas la crise, et sans retirer un salaire mirobolant, les affaires marchaient plutôt bien.

Cependant, l’attrait du nouveau et de la création s’émoussait sérieusement et la routine commençait à s’installer ! Diable, quel vilain mot la routine !!

Dieu merci, une opportunité se présenta qui me permit, tout en conservant mes acquis, de découvrir un autre domaine d’activité.

4 commentaires sur “CV France (4), Ramonage (suite)

    1. Tout va bien dans les Cévennes. Je t’y attends, mon bon Ben, avec femmes et enfants. N’ayant pas d’électricité, les moments où j’ai accès à internet, je les passe à faire les choses urgentes, comme tout ce qui concerne les candidatures pour l’année prochaine.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s