De la beaufitude des trentenaires

Je m’étais permis de dire du mal de François Bégaudeau parce que je croyais qu’il faisait l’unanimité dans la presse branchée. Or, l’équipe du Masque et la plume, sur France Inter, lui a taillé un tel costard qu’il est habillé pour le restant de l’année. L’ensemble des critiques présents ce jour-là (émission du 29 mars 2009) sont convenus que Bégaudeau était tellement mauvais qu’il fallait se résoudre à affirmer qu’il n’était pas un écrivain du tout.

Je ne me prononcerai pas, car je suis sûr que l’écrivain est quelqu’un de malin, et qu’il saura faire son beurre de cette ignominie critique, sur lui dévérsée.

Une autre chose m’a interpellé. Le critique Arnaud Viviant, qui jouit sur France Inter d’un prestige que je ne m’explique pas, ne s’est pas arrêté à insulter Bégaudeau. Il a maculé de merde l’ensemble des trentenaires, dans une saillie assez drôle et talentueuse. Une critique de deux ou trois minutes qui, à elle seule, mérite qu’on écoute l’émission. « Ce livre aurait pu s’appeler (sic) Les trentenaires, pour être plus franc, parce qu’il parle de ça : d’une génération. »

Ce n’est pas moi qui lance le débat, n’est-ce pas ? Voici que revient le conflit des générations, et cette fois c’est un critique assis, influent, lèche-bottes avec les vieux monstres sacrés, impeccablement correct sur les questions politique, qui tire à boulets rouges sur les trentenaires, pour le plus grand plaisir de provoquer des réactions indignées. Car, en homme des médias, Viviant sait que ce qui compte n’est pas de dire la vérité, ni, encore moins, des choses intelligentes, mais d’être entendu, vu, connu et reconnu.

« Cette génération a engendré des beaufs, des néo-beaufs. Il y a une nouvelle beaufitude, aujourd’hui, chez les trentenaires, dont ce livre parle extrêmement bien. Il fait des blagues qui ne font rire que les néo-beaufs trentenaires. Ce livre est pour eux, il leur est dédié. »

Je peux difficilement m’indigner devant le mépris que professent les vieux connards comme Viviant à l’endroit des gens de mon âge. Je ne nous crois pas très aimables, en effet, et, surtout, pas admirables du tout. C’est vrai, disons-le : qu’avons-nous fait de grand, d’extraordinaire, de nouveau ? Nous ne sommes bons qu’à pleurnicher devant les sexagénaires qui ont pris tous les postes disponibles et qui les gardent. Nous ne sommes même pas capables de leur donner des coups de pieds au cul pour prendre leur place. Nous n’en avons même pas l’envie.

Qui a « fait » Bégaudeau ? La réponse est aisée : son éditeur et les médias. Qui est son éditeur ? Bernard Wallet, des éditions Verticales. Or, Wallet est loin d’être un trentenaire; c’est un magnifique soixante-huitard, qui a eu le temps de constituer un réseau en béton dans les années 60 et 70, puis d’apprendre le métier d’éditeur, sans doute sur le tas, à l’époque où il y avait du boulot et des débouchés. Aujourd’hui c’est un bon éditeur, qui publie de bons écrivains et des écrivains moins bons, qui cherche à faire bouger la littérature contemporaine, en tout cas.

C’est cela qui mérite d’être souligné : les trentenaires qui émergent ont quelque chose de la poupée que l’on agite. Ils sont redevables de ce que font d’eux des sexagénaires. Il n’est pas impossible que nous soyons, nous les trentenaires actuels, des vrais nuls. Il faudra voir cela avec le recul, quand on sera vieux. A moins qu’on soit du genre tardif. Je suis l’homme tardif, natif en tout point des points les plus reculés de l’espace (Mathieu Bouvier).

De mon côté, j’ai beaucoup d’espoir dans les jeunes gens qui sont nés au milieu des années 1980. Ils ont cinq à dix ans avant d’être des vrais trentenaires, et je les crois capables de tout. J’en connais quelques un(e)s et je peux témoigner : leur charme, leur vivacité, leur ouverture d’esprit, leur absence de complexe les rendent irrésistibles. Attendons.

18 commentaires sur “De la beaufitude des trentenaires

  1. Oui, c’était une belle phrase, tirée d’une pièce musicale, composée par Stéphane Magnin (si je me souviens bien), dont j’étais le récitant, et qui nous emmenait dans une installation, je crois, que Mathieu créait pour « Musique en scène », une des grandes manifestations artistiques de la scène lyonnaise des années 90.

    J'aime

  2. « Nous ne sommes bons qu’à pleurnicher devant les sexagénaires qui ont pris tous les postes disponibles et qui les gardent. Nous ne sommes même pas capables de leur donner des coups de pieds au cul pour prendre leur place. Nous n’en avons même pas l’envie. »
    (Post du SP)

    com/post: Patience ça vient! Encore trente ans et vous les aurez les places des sexa quin génèrent ces envies de coups de pied au cul. Faudra même vous en donner vous-mêmes des cdp, pour vous bouger des places acquises. Rendez-vous en 2040?

    J'aime

  3. Quelles places acquises ? Les trentenaires de notre génération n’ont pas acquis grand’chose en fait de places, justement, le problème est bien là. C’est en tout cas ce que disent des sociologues. Mieux encore : non seulement ils n’en ont pas acquises, mais ils n’en ont même pas tellement envie.
    Moi, franchement, je trouve ça plutôt cool. Je ne vois pas bien pourquoi on nous traiterait de « beaufs » En quoi consiste donc cette « beaufitude » dont parle Viviant ?
    Ce Viviant, il picole trop, à son âge c’est mauvais, il délire mal.

    J'aime

  4. Bon Dieu, quelle mémoire mon Guillaume, presque quinze ans après ! Nous chantions la complainte de l’homme tardif (et de son trou d’Ut) lorsque nous avions 22 ou 23 ans. Les hâtifs d’hier font-il les tardifs de demain ? Ta mémoire te joue néanmoins un petit tour : le p du point bégaie sur le c des coins.

    J'aime

  5. presque quinze ans après ! (…)nous avions 22 ou 23 ans
    (com de mathieu b le 31 mars 2009 à 19:56 )

    com/com: 22+15 = 37. à ce stade, il ne s’agit plus de trentenaires, mais de jeunes quadras. Pas encore l’âge de la pointure ( sauf chez les femmes) mais pas loin. Faudrait peut-être pas se complaire dans un âge qui n’est plus le vôtre , cher SP. Sinon à l’âge de la retraite ça risque de faire vieille coquette. Il est vrai qu’il y a deux manières de compter l’âge, celle qui consiste à dire « je rentre dans la quarantaine » à partir du lendemain des trente ans, et celle qui consiste à attendre que l’année soit révolue pour accuser le coup.
    Mais pas à ce point là, ça fait retard à l’allumage et il serait dommage de dénier ces années d’expérience, dépensées comme poignées de monnaie et bien vécues.

    J'aime

  6. En même temps, ce Viviant, il dit rien. “Cette génération a engendré des beaufs, des néo-beaufs. Il y a une nouvelle beaufitude, aujourd’hui, chez les trentenaires, dont ce livre parle extrêmement bien. Il fait des blagues qui ne font rire que les néo-beaufs trentenaires ». On peut dire ça de toutes les générations de trentenaires, non ?

    J'aime

  7. Merci Mathieu, c’est vrai que ma mémoire n’est pas encore trop mal. Je reprends donc : « Je suis l’hoooomme taaardif, natifffff. Je suis l’homme tardif, natif en tout point des coins les plus reculés de l’espace. »
    Michel, quoi que tu dises, à 37 ans on est trentenaire. Si je disais que j’étais jeune quadra, tout le monde me prendrait pour un fou.
    Mart, Viviant est assez drôle dans cette tirade, ce qui ne lui arrive pas souvent. La plupart du temps, on se demande pourquoi il est payé. Mais enfin, si tu accolles les deux citations, et surtout si tu écoutes l’émission, tu vois que Viviant juge les trentenaires dans leur ensemble, et pas seulement les beaufs trentenaires. Ou plutôt les beaufs trentenaires, selon lui, sont un peu l’essence de cette génération.

    J'aime

  8. Parler du caractère des générations, c’est un peu comme parler de l’Anglais ou du Suédois. Dans les guides touristiques ancienne école (Gallimard ou National Geographic), il y a toujours un chapitre intitulé « Les Suédois », « Les Anglais ».

    Sinon, moi qui suis quadra et non trentenaire, je n’ai pas l’impression que ma génération a moi ait fait bcp d’étincelles non plus… (en tous cas moi, je n’en ai fait aucune). On obtenait nos diplômes d’école de commerce ou d’ingénieur en plein dans les années frics et tout le monde voulait faire de la finance pour conduire des grosses BMW.

    J'aime

  9. quoi que tu dises, à 37 ans on est trentenaire. Si je disais que j’étais jeune quadra, tout le monde me prendrait pour un fou. »
    (com de Guillaume | le 31 mars 2009 à 23:02)

    com/com: un trentenaire avancé alors, comme on dit d’un camembert qu’il est fait. Un trentenaire affiné. Je ne vois pas pourquoi des femmes seraient déjà à l’âge de la pointure et de la température (! trouvaille!!! inédit!!! 37ans et demi!!! ) alors que certains humains se considèrent encore trentenaires. « Quasi-quadra » serait peut-être plus approprié? A la belote, pour trois points, on arrondit à la dizaine supérieure.

     » tout le monde voulait faire de la finance pour conduire des grosses BMW. »
    (com de Mart le 01 avril 2009 à 10:04 )

    com/com: pas très ambitieux. Quend on fait de la finance, on rêve au moins d’avoir un chauffeur. Sinon, si on aime conduire des grosses voitures, il vaut mieux faire garagiste.

    J'aime

  10. La fille de soie, elle, préfère les jaguar et les alfa roméo. Comme elle n’a pas les moyens, travaillant à mi-temps dans un lep de la banlieue sud, elle joue les snobs, à donf, et prend uniquement les transports en commun. Là, tous les matins, elle croise des djeuns marrants et friqués, grands et costauds, habillés de noir, qui portent des fils accrochés aux zoreilles. Donc, même si elle voulait leur parler, elle aurait du mal, car ils ont de la musique plein les zoreilles. Nous sommes à une ère de communication. Son abonnement plein tarif, non remboursé par l’Education nationale (c’est quoi, ça ?) (il faudrait pour cela qu’elle s’abonnât toute l’année, hors elle est radine et rebelle et s’abonne chaque mois, y compris février et juillet, pas août) vient d’augmenter et passe aujourd’hui même à 48,60 €. C’est quoi s’tembrouille ? non, non, pas de rime siouplaît.
    Pourquoi j’suis pas garagiste ? parce que j’ai des grrrrrrandes vacances.
    La quinqua bien faite, Nénette

    J'aime

  11. François retrouve un bon délire. Ca fait plaisir. Garde la good vibe et n’en fais pas trop, voilà le conseil d’un ainé.
    mais je voudrais revenir à ma question, parce que je me sens concerné : c’est quoi, à votre avis, la beaufitude spécifique des trentenaires ? Personnellement, je trouve que les gens de 30 ans ne sont justement pas du tout beaufs. Trop maigres et arides.

    J'aime

  12. D’avoir les encouragements d’un gars beau ne africain robinson suisse intelligent y tout (Gabonais koi ah ah) comme Ben ca fait vraiment plaisir. D’etre considere comme un chieur puis finalement avoir les excuses du sieur Mart kelkes heures apres c’est encore plus joussif. Merci mais c’est preke sympa de me traiter de chieur, ca veut tout simplement dire que je ressemble de plus en plus a mes parents que j’adore et venere par ailleurs.
    Cet article je le repete m’interpelle vraiment et je ne pourrai pas repondre a Ben directement a sa question ; en fait je n’ai jamais pense avant ce billet que ma generation (celle des seventies pour aller vite) pouvait etre  »Beauf » ou de ce style, c’est bien pourquoi il est tres interessant. Personnellement j’ai ete eleve en parti a Cabu, Cavanna et Hara Kiri et pour moi le beauf se resume donc a la caricature du gros porc moustachu, mysogine , bete et mechant ; il est donc inconcevable qu’un Begaudeu soit beauf bien sur a travers cette image, mais on peut quand meme se demander si une nouvelle beaufitude n’est pas en train d’eclore comme l’insinue le SP peut etre.Alors la c’est plus grave. Peut etre qu’il faut parler de bobofitude alors…mais dans ce cas je me rangerai volontiers dans cette categorie sans complexe aucun, enfn je crois…je na’ia jamais compris cette histoire de bobos.Il faudrait un nouveau Cabu peut etre pour ca…Il ya bien Luz dans Charlie Hebdo ok mais ce journal tend a perdre un oeu de sa virulence je trouve avec le temps…on ne s’en sort pas… Au fond, je pense que les beaufs de mes parents ont pris le pouvoir et que maintenant qu’ils l’ont ils s’amusent a renverser la vapeur et se vengent en portant l;anatheme en traitant de beauf tout ce qui les degoute au fond : la reflexion, la philosophie, l’exercice de pensee speculative (qui ne vaut pas un rond…etc..) et qui est gratuite, pas rentable…je n’ai pas les references exactes, c’est regrettable pour un bibliothecaire documentaliste de mon acabit je sais bien, mais si vous pouvez vous procurer le numero de philosophie magazine ou il ‘y aun entretien entre Onfray et Sarkozy vous comprendrez mieux ce que je veux dire…C’est completement revelateur de ce que je veux signifier ici. La vraie question est :  » comment sortir de la bobofitude ambiante ? » Hugh , a parle !

    J'aime

  13. Je comprends la crise de nerfs… Mais il faut dire que tu mets peu de chance de ton côté. Le masque et la plume! The émission of the radio, quality control and so on… J’ai renoncé à tous ces médias dont la principale qualité est de créer de la polémique, le fameux buzz dont on pourrait rire entre deux dépressions face à l’immobilisme ambiant – Houellebecq vs Millet, Hugo vs Sainte-Beuve, Céline vs Sartre, etc. C’est une réponse à la situation générationnelle que tu déplores alors qu’elle est constante – déjà quand on était au collège et qu’on voyait partir les plus belles filles avec les connards du lycée qui venaient les chercher en moto ou en bagnole… Sans ces sacrés médias, médias sacrés, on s’aperçoit que partout, il y a les vrais gens et que tout ce cirque n’est qu’une vaste fumisterie! Pour ce qui est de Viviant, je ne sais pas ce qu’il est devenu mais du temps du vieux Libé de July, il écrivait foutrement bien! C’est aussi lui qui a résumé mai 68 en « Merde à celui qui te liera! », ce qui me paraît plutôt bien même si je n’avais que 9 ans à l’époque. Le problème, c’est que ça y est, il est lié, tout à fait volontaire… Restons périphérique, serait un bon mot d’ordre, cela éviterait d’envier les postes, jobs, casserolles et autres sacs à dos, d’une génération ou d’une autre, ce qui est totalement vain.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s