Un guide touristique hilarant

J’étais tellement triste, quand Ben et Agathe sont partis, que je me suis engouffré au Mac Donald’s du centre ville.

En mangeant mes sandwiches de mi-matinée, je regardais d’un oeil vide les bus touristiques qui attendaient les touristes pour leur faire découvrir les splendeurs de Belfast. Au milieu de mon second sandwich, à l’oeuf et au bacon, j’ai pris la décision de me payer un tour, moi aussi, et de me remplir la tête des sublimités de l’ « Athènes du nord » (hi hi, on se demande où ils vont chercher de tels surnoms).

C’était certes un peu ridicule de faire cela une fois que mes amis étaient repartis pour la France. Il eût été plus judicieux de prendre ce bus avec eux, pour qu’ils profitent d’une vue générale de la ville. On ne pense pas à tout au bon moment, voilà ce que le voyage enseigne au sage précaire.

La semaine qu’ont passée Ben et Agathe (peut-être devrais-je dire « Agathe et Ben » ? je m’en avise à l’instant… Bah!) m’a malgré tout permis de leur montrer ce qui me plaît le plus dans la capitale de l’Irlande du nord, compte tenu des jours passés à la campagne, la montagne et sur la côte. Pour ce qui est de Belfast, nous avons pu voir ce qui, à mes yeux, mérite vraiment le déplacement : le quartier catholique de Falls Road, le quartier protestant de Shankhill road, leurs fresques étonnantes, la randonnée sur la colline de Cave Hill, au-dessus du château de Belfast, les quais du fleuve Lagan tant urbains que ruraux, quelques pubs pas piqués des hannetons, des sessions de musique traditionnelle.En plus de tout cela, mes amis ont eu la rare opportunité d’assister aux célébrations orangistes du 12 juillet, avec tout ce que cela comporte de sentiments mêlés et de spectacles ambigus. Ils ont enfin pu aller à un concert de musique électronique, branché en diable, dans le magnifique Waterfront, salle de concert/bar depuis dominant les quais, d’où nous pûmes admirer le coucher de soleil. Soleil, pluie, nuages, eaux et rues, tout était réuni pour profiter d’une musique extrêmement inventive bricolée par de petits génies de l’ordinateur.Parenthèse culturelle : en terme de musique, je n’ai encore jamais eu autant d’expériences variées qu’à Belfast : traditionnelle (irlandaise), militaire (protestante/britannique), hybride, électronique, concrète, brésilienne, africaine, baroque, rock, il ne m’a manqué que de vrais opéras et ce qu’on appelle communément la musique classique. Fin de la parenthèse.Je suis donc monté dans le bus touristique pour faire passer le temps et mettre du baume sur mon coeur. Qu’ont-ils donc raté, mes petits copains ? Voilà ce que je me demandais en lisant le programme sur le dépliant qu’on m’avait donné en entrant. Pour être vraiment honnête, rien, ils n’avaient rien raté ou presque. Puis une voix est apparue et tout fut changé. Le guide est lui aussi apparu en chair et en nez. Son nez était typique des grands buveurs, violacé et couperosé, et il parlait beaucoup de Guinness, pour faire rire la galerie.Voilà ce qu’ont raté mes amis : le show de ce guide touristique. Il était sans doute compétent sur les dimensions des bâtiments et sur les dates, mais surtout, son point fort, c’était l’industrie de l’entertainment et la comédie stand up. C’était blague sur blague, dont je n’ai compris qu’un petit tiers, et qui faisaient bidonner tout le bus.Longeant une zone commerciale, le voilà qui nous dit : « Voici ce que nous apporté la paix, IKEA! Ah, n’est-ce pas une belle preuve de notre prospérité et du nouveau bonheur de vivre ? Dommage qu’IKEA ne soit pas venu trente-cinq ans plus tôt! Les gens de Belfast aurait passé tout leur temps à essayer de monter leurs meubles et n’auraient jamais eu l’idée de poser des bombes (je traduis mal). »C’est trop tard pour Ben et Agathe (ou Agathe et Ben), mais le cas échéant, je serais enclin à conseiller à tout nouveau visiteur d’emprunter les bus sightseeing de Belfast. Il aura, pour le prix d’un seul billet, une promenade dans la ville, des informations qu’il oubliera tout aussitôt, et surtout, un bon exemple de ce que le monde anglo-saxon reconnaît comme le sens de l’humour irlandais.

12 commentaires sur “Un guide touristique hilarant

  1. des sandwiches de mi matinée ? Vous prenez combien de repas par jour, grand Guillaume?
    J’aime l’idée d’Ikéa pour instaurer la paix entre les mâles. Occupez-leur les mains, ça leur occupera la tête (only joking).

    J'aime

  2. Oh, je mange très peu, Julie, juste assez pour ne pas faire d’hypoglycémie, ou d’hypertension, enfin juste assez pour ne pas désespérer.
    Ca donne envie d’aller à Belfast, Fred ? Voilà qui me fait plaisir. Je confirme que le voyage vaut le détour.

    J'aime

  3. C’est bien vrai, Nénette…Pourvu qu’il ait un gros stock de filtre solaire dans ses poches.
    Guillaume, j’adore les guides touristiques: la semaine dernière, j’étais avec un groupe de profs français et notre guide carioca-argentin a refusé de manger dans une ‘churrascaria’ car, selon lui, les brésiliens ne savaient pas préparer la barbecue (pas aussi bien que les argentins, bien entendu!). A part cela, je m’amuse à prendre connaissance des informations qui semblent sortir de la National geographic ou d’un Reader’s Digest.
    Besos,
    Telma

    J'aime

  4. « J’étais tellement triste, quand Ben et Agathe sont partis… »
    C’est pas les vacances, c’est la visite d’Agathe et Ben à Belfast qui a plombé l’inspiration de Guillaume. Il n’y a qu’à voir la tête de Ben sur la photo, ça a de quoi démoraliser durablement le plus sage de tous les précaires. Même un bûcher public ne réussit pas à le dérider, alors que c’est justement le genre de spectacles qui eussent dû le plus profondément réjouir son coeur de grand inquisiteur. Ben a ramené cette humeur corrosive d’Afrique, elle produit d’abord la jachère, et ensuite la jungle.

    J'aime

  5. C’est vrai que c’est long, cette période sans billet, mais je suis trop fatigué pour terminer un paragraphe les rares fois où je me trouve en présence d’un ordinateur connecté au réseau.
    Dommage, j’avais plein de choses à raconter.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s