Voyages et merceries

 septembre-2008-014.1231409549.JPGseptembre-2008-011.1231409504.JPGseptembre-2008-027.1231409594.JPG

Hier matin, un bouton décisif de mon jean était sur le point de se détacher. C’était du tracas, car il en manquait déjà un, et avec celui-ci qui se faisait la malle, je ne pouvais décemment plus porter le pantalon en question.

J’en changeai donc, et descendis l’escalier, lorsque je vis une lettre, à moi adressée. C’est un ami artiste qui m’écrit en réponse à un petit récit que je lui avais donné. Il m’avait confié une feuille cartonnée, sur laquelle je devais coudre un bouton et raconter l’histoire qui me liait à ce bouton. La lettre d’hier était un commentaire sur mon histoire.

L’artiste en question, Michel Jeannès, renouvelle par ses histoires de boutons la dimension participative de l’art contemporain. Alors que nombre d’artistes font, des habitants d’un quartier, des figurants plus ou moins consentants de leurs performances et de leurs installations, lui se laisse emmener dans leurs histoires, à partir du moment où elles partent du monde de la mercerie. D’ailleurs, son groupement artistique s’appelle La Mercerie. Entre autres travaux, ils encadrent les fiches cartonnées et en font des objets d’exposition. Nos récits de bouton prennent place dans un dispositif artistique beaucoup plus large, comprenant du visuel, de l’audio-visuel, de l’écrit et des publications, des voyages et des interventions variées dans des quartiers populaires.

  boutons-fiches-michel-2.1231409381.JPGboutons-fiches-michel-1.1231409332.JPG

Michel Jeannès recueille des histoires, mais il ne se contente pas de les exploiter pour ses expositions et ses écrits. Il répond à chacun, en le remerciant de son histoire par un commentaire de celle-ci. Il appelle ces échanges un « chantier épistolaire ». Son commentaire de mon histoire m’a fait plaisir. J’avais cousu un bouton venant de la boutique qu’avait mon ancêtre à Rouen, avant la guerre. Dans mon récit, j’évoquais cet arrière-grand-père légendaire, que je n’ai jamais connu, mais qui me fascinait. Je m’étonnais que, ancien paysan et boutiquier, il n’ait jamais cherché à devenir propriétaire, ni à acquérir de patrimoine.

Voici ce que me répond l’artiste :

Ta narration dépeint une anté-origine terrienne à ton bisaïeul mercier.

Pour le plaisir de la controverse, la « morale paysanne faite d’économie et de méfiance » résulte d’une relation à la nature et des leçons que celle-ci sait donner, enseignant la vanité de la maîtrise sur les éléments. Ton ancêtre dispendieux aurait alors conservé la partie morale de la morale, sous forme d’une belle confiance en la vie et ce qu’elle offre.

De sa vie donnée en exemple, tu sembles extraire le modèle du « sage précaire » qui te tient à coeur comme prototype du non-possédant.

Ainsi que ta maman, tu choisis de coudre un bouton-fleur, signe d’une esthétique fragile de l’instant.

A l’orée de cet an neuf en bouton, reçois mes voeux de bons vents.

Michel

Belle interprétation, car moi, dans le billet que j’avais consacré à cet ancêtre boutiquier, je le tenais pour responsable d’une sorte de malédiction familiale, qui faisait de nous des gens incapables de progresser culturellement. Par son commentaire, mon ami artiste me réconcilie avec mes origines. Il fait d’un commerçant douteux un précurseur – qui l’eût cru ? – de ce blog et de ma vie de chercheur précaire!

boutons-main-2.1231409437.JPG

C’est cela, l’art des grands performers, des vrais artistes contemporains. Ils nous font voyager dans des souvenirs et dans les significations multiples des objets qui peuplent nos vies. Quand on fréquente Michel Jeannès, ou qu’on visite son site, ou qu’on lit son livre, ou qu’on visite une de ses expositions, on se rend compte de la richesse fabuleuse du bouton. Fabuleuse, de « fable ». On s’aperçoit que le bouton est un objet qui structure, non seulement nos habits, mais aussi nos façons de percevoir les « liens » de toutes sortes. Liens familiaux, atomes crochus, liens hypertextuels, liens distendus, amitiés perdues, création de lien social.

 zone-dintention-poetique.1231413899.jpg

A titre personnel, ce qui m’intéresse dans le travail de Jeannès (j’utilise le patronyme seul quand je veux m’éloigner d’un rapport d’amitié pour entrer dans un rapport de production, comme lorsque je dis : ce qui m’intéresse chez Deleuze, …)

Ce qui m’intéresse dans le travail de Jeannès, c’est le rapport à l’écriture du voyage. Dans Zone d’intention poétique, il y a un chapitre intitulé « Journal du fibulanomiste », où l’auteur prend note de la découverte des boutons dans la rue. On y découvre, par une fenêtre si étroite, la Chine, l’Argentine, Lyon, enfin la terre entière.

Et comme je suis sur le point de travailler moi-même sur les convergences esthétiques entre le récit de voyage et l’art contemporain, (le récit de voyage étant une forme d’essai à lire comme une « performance »), cette lettre apparue hier arrive à point nommé. Elle me rappelle que le récit de voyage ne doit pas s’inspirer des grands explorateurs, et ne doit pas verser dans la nostalgie d’une époque où il n’y avait pas de touristes, mais il doit se rapprocher de ces artistes qui interviennent constamment sur des territoires, les mettent sous tension, les transforment en zones d’échanges et en zones de transit. 

11 commentaires sur “Voyages et merceries

  1. J’ai vu il ya peu un film d’Agnès Varda, une suite de La glaneuse et les glaneurs. Elle y rencontre un homme qui collectionne les boutons, ça m’avait marqué. Est-ce la même personne que ton ami artiste ?

    J'aime

  2. Merci François.
    Mais oui, Fred, c’est bien Michel Jeannès que l’on voit dans le film d’Agnès Varda.
    Cela me fait penser que Michel, quand il a vu la photo de ma main avec les boutons, m’a dit qu’il y avait autant de boutons qu’il y a de lettres dans mon patronyme. Il faut observer le monde par une certaine ouverture pour relever des trucs comme cela.
    J’ai compté. C’est vrai. T.H.O.U.R.O.U.D.E. Cette photo est donc une sorte d’autoportrait.

    J'aime

  3. « Sous forme d’une belle confiance en la vie » :
    Il y a des boutiques (probablement d’il y a quelques dizaines d’années), dont le nom évoque la « confiance ». J’en ai justement repérée une que je projette de photographier très prochainement…

    Votre billet est un bel hommage à Michel.

    J'aime

  4. de rien. Ce qui est encore plus chouette, c’est de recevoir des lettres pareils de cet artiste. Je ne comprends pas tout (c’est de la poésie remarque, on ne demande pas de comprendre…), mais il y’a un truc dans lequel je me reconnais un peu c’est sur « morale paysanne faite d’économie et de méfiance », ca je m’y retrouve.

    J'aime

  5. On ne comprend pas tout ? Je récapitule, parce que c’est qu’il y a bcp de choses :
    1- J’ai écrit un billet sur ce blog, il y a un an et demi, sur mon ancêtre, arrière-grand-père, qui tenait une boutique. Il « sortait de la terre », au sens où avant lui, on était paysan.
    2- Michel créant un dispositif artistique autour du bouton, me fait remplir une fiche où je couds un bouton et reparle de cet ancêtre qui vendait des boutons autrefois, avant ma naissance. Dans ce texte pour Michel, je m’étonne que cet ancêtre n’ait pas économisé, ne soit pas devenu propriétaire, etc. comme la morale paysanne, dont il est issu, que je me figure être une morale basée sur « l’économie et la méfiance » (voir les fables de La Fontaine)
    3- Michel reçoit cette fiche avec mon bouton et mon récit, qu’il encadre, répertorie et range avec les centaines d’autres qu’il collecte.
    4- Michel m’envoie une lettre de remerciement avec un commentaire sur ma fiche (mon récit et mon bouton), comme il le fait avec tous les autres participants. Il appelle ces échanges (fiche/lettre) le « chantier épistolaire ».

    J'aime

  6. Ce qu’il y a d’intéressant sur le site de la Mercerie, c’est qu’on y trouve des liens. Liens de blog à blog, qui font voyager et découvrir des récits et des expériences communes mais pas ordinaires.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s