Les époux Poussin traversent l’Afrique à pied et soutiennent Zemmour

Photo de Taryn Elliott sur Pexels.com

Les jeunes gens figurant sur cette photo ne sont pas les fameux aventuriers Sonia et Alexandre Poussin. Ce que vous voyez ci-dessus est tout simplement une photo libre de droit qui m’a été proposée dans un moteur de recherche affilié à mon blog et qui génère des visuels gratuits. Lorsque j’ai saisi les mots « marcheurs Afrique », un grand choix de clichés m’a été donné, comprenant des paysages dignes de Michel Sardou chantant Afrique adieu. La photo que j’ai choisie ne m’a pas paru plus stupide ni plus stéréotypée que celles qui illustrent le récit de voyage de Sonia et Alexandre Poussin.

Leur best-seller s’intitule Africa Treck (Robert Laffont, 2004 et 2005), et relate en deux épais volumes leur périple à pied à travers l’Afrique. Le plus étonnant de ce livre apparaît à la toute fin de la narration. Avant de vous le dire, je vous pose la question et vous demande de prendre cette question comme un jeu : si vous deviez imaginer un itinéraire du sud au nord du continent africain, quel serait votre point d’arrivée ?

Je vous laisse réfléchir.

Ma femme m’a dit sans réfléchir : « La Tunisie ». Bon, elle est tunisienne, je ne sais pas si cela joue ou non. En tout cas, elle argumente qu’en Tunisie se situe le point le plus septentrional du continent, si c’est vrai c’est un point en sa faveur. Et puis terminer ce périple africain par Carthage, au nord de Tunis, ville en ruine construite par les Phéniciens, ça a en effet de la gueule et du sens historique.

Moi, spontanément, je dirais : « Gibraltar ». Nul besoin d’explication je pense.

Or, les époux Poussin n’ont pas fait ce choix. Ils ont opté pour une solution dont je m’étonne qu’elle n’ait pas été plus discutée, voire critiquée, dans le milieu de la littérature des voyages.

Le dernier épisode d’Africa Trek se situe en Israël. Pourquoi Israël ? Ce n’est pas en Afrique !

Ils passent la frontière entre l’Egypte et Israël avec une facilité suspecte. En marchant, tranquillement, avec leur sac sur le dos, comme des routards. Et leur commentaire à ce propos ne laisse pas d’être perturbant :

Nous n’avons jamais passé une frontière aussi rapidement, ni ressenti un tel contraste. Tout est propre et soigné, organisé et pensé. Ça sent l’Europe à plein nez. Ça pourrait être la Suisse. C’est Israël.

A. et S. Poussin, Africa Trek 2, p. 692.

Les préjugés. On comprend de suite ce que veulent dire les Poussin, puisqu’ils parlent de contraste : selon eux, l’Afrique est sale, négligée, désorganisée et irréfléchie. Si ce n’est pas du racisme, je ne sais pas ce que c’est.

Vingt ans après leur voyage de couple catholique, la presse nous apprend que les Poussin participent à des dîners de levée de fonds pour la campagne d’Éric Zemmour. Il est temps que les adeptes de la littérature de voyage ouvrent les yeux. Il existe une corrélation entre des termes apparemment antinomiques : raciste et humanitaire, africain et islamophobe, juif et discriminant, etc. J’ai déjà sonné l’alerte à propos de Sylvain Tesson, à propos de Priscilla Telmon et d’autres, ce qui m’a valu des reproches venus du monde académique et de lecteurs innocents.

Il existe un réseau d’écrivains voyageurs réactionnaires qui prétendent ne pas faire de politique et qui se cachent derrière les termes vagues d’aventure, d’ailleurs, de rencontre, de liberté. Il est de notre responsabilité, à nous qui aimons la littérature géographique, d’au moins faire connaître cette tendance pour, éventuellement, dégonfler certaines baudruches.

8 commentaires sur “Les époux Poussin traversent l’Afrique à pied et soutiennent Zemmour

  1. Je crois que tu es la personne la plus débile est la plus malhonnête qu’il l’ait étédonner de lire depuis que je surf sur le Web ! Traiter les poussins de raciste ! Ce serait comme traiter l’abbé pierre de radin . Pour te qualifier je ne trouve pas mieux qu’une phrase citée d’un sanguinaires notoire : poutine! qui te dit la chose suivante : « c’est celui qui dit Quilier ». Dommage d’aller chercher un tel auteur pour te qualifier, mais je pense que tu cherche à masquer ta propre ambiguïté, je ne vois pas d’autres solutions. Tu peux bien entendu faire l’exégèse de Sylvain tesson et alexandre poussin et critiquer certains de leurs analyses, mais ta conclusion finale est de la même nature que ce que ferait un comploTistes. En fait je pense que tu es complotiste. Je t’accuse au passage d’être raciste antisémite et révisionnistes, Car ta méthode de raisonnement peut amener à n’importe quelle conclusion, y compris la pire… Il ne te reste plus qu’à te voiler la face, aid honte de toi-même, recentre-toi, et modifie ta pensée.

    J’aime

      1. Cela ne suffit pas, il fait agir et commencer par suspendre ton jugement. Tu dois modifier ton article sur les points suivants:
        – relativiser l’authenticité de cette soit disant lire de soutient son a Zemmour, ainsi que le niveau de confidentialité lié, j imagine qu il y a même un soucis RGPD si cette liste est réelle. Peut être même que tu es hors la loi sans le savoir…
        – retirer ton accusation de racisme qui est non étayé.
        Tu peux conserver tes critiques sur les livres de poussins ainsi que leur approche du voyage, cela fait partie d’une réflexion même si ton avis seras peu partager. Si tu es honnête avec toi même, tu sais que j’ai raison, et que tu dois faire cet erratum sur ton article. Dépêche toi car il est injuste que des personnes aussi humaniste que les poussins souffre une telle insulte (va chercher sur le web l’interview où ils parlent de migrant et tu déduira l’incohérence de ton propos )

        J’aime

      2. Merci de commenter mon blog, cher grand Précieux.
        J’ai l’habitude de ces réactions outragées quand je dévoile une vérité que personne n’avait vue ou exprimée avant moi. Si vous saviez ce que j’ai pris dans la figure quand j’ai critiqué les dérives des études post coloniales, les idioties de la « littérature voyageuse », la nocivité de Michel Le Bris, le néo-orientalisme de Nicolas Bouvier, l’islamophobie de Sylvain Tesson ou les ambiguïtés de Pierre Rabhi. Et j’en passe, et des vertes, et des pas mûres. Moi aussi il m’est arrivé d’être très en colère quand je lisais des chercheurs qui déstabilisaient des certitudes que j’avais.
        Il m’est même arrivé de dénoncer des choses chez des écrivains vivants que j’aime profondément, des choses qui les ont chagrinés, et qui m’ont valu d’être exclu de certains projets de recherches dans lesquels j’étais pourtant invité au départ. C’est ainsi, c’est le drame du chercheur : quand il découvre une vérité, même blessante pour ses propres préjugés et ses propres inclinations, il se doit de la révéler au grand jour, et ça fait mal.
        Concernant Africa Trek de S. et A. Poussin, voir notamment le deuxième billet que j’ai mis en ligne sur leur rapport à la religion. Je ne sais pas, allez jeter un oeil et dites-moi si vous pensez que je m’égare encore plus ou si, peut-être, j’ai vu quelque chose de véritablement gênant sous la couche d’humanisme qui vous a charmé, vous et des millions d’autres lecteurs.

        J’aime

  2. Le problème c est que vous qualifiez vos propos de « vérité ». A partir de la on est dans l’intégrisme pur et dur. En gros vous seriez dictateur j imagine que notre sympathique couple de voyageurs serait en prison sans passer par la case procès vu qu’un article « vérité »les condamne. Avec ce type de raisonnement on peut aussi faire passer Pétain pour le gentil et de Gaule pour le méchant;)

    J’aime

Répondre à Astradie Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s